Le CRCM monte au créneau contre “les assertions” du CRIF

Dans un communiqué, les responsables du CRCM dénoncent les “assertions injustes” du Crif, tout en appelant à ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France. Ils invitent entre autres les “Juifs de France” à réfléchir de manière conjointe aux meilleurs moyens pour “résister face aux tenants de l’islamophobie et de l’antisémitisme”.

Depuis quelques jours, les appels des responsables religieux français se multiplient pour "ne pas importer le conflit israélo-palestinien en France". Un message que relayent les responsables du conseil régional du culte musulman (CRCM) et de mosquées de la région Rhône-Alpes, qui affirment qu' "aucun conflit extérieur, particulièrement le conflit israélo-palestinien, ne doit, en aucun cas et d'aucune façon, affecter les relations entre tous les citoyens de notre pays ou générer des comportements hostiles entre eux".

“Assertions injustes”

Pour autant, les auteurs du communiqué ne comptent pas jouer les enfants de chœur et apportent leur "solidarité" et leur "soutien" au recteur de la grande mosquée de Lyon, Kamel Kabtane (photo ci-dessus), objet selon eux d'"assertions injustes" de la part du Crif Rhône-Alpes*. "Nous rappelons aux responsables de la communauté juive qu'ils doivent, au-delà des passions et des sentiments légitimes qu'ils nourrissent à l'égard d'Israël, comprendre que nous aussi, nous ne puissions rester insensibles à ces enfants, à ces femmes et à ces hommes palestiniens qui meurent chaque jour sous les déluges des bombes", interpelle le communiqué.

“Se démarquer des nervis”

Les auteurs du communiqué souhaitent aussi couper court aux amalgames : "Nous tenons également à confirmer que les musulmans de France n'aspirent qu'à une fraternité citoyenne, à un vivre-ensemble paisible et responsable entre toutes les composantes de la nation. Pour toutes ces raisons, nous condamnons les personnes très minoritaires qui, sous prétexte de défendre la cause palestinienne, s'infiltrent dans des manifestations aux objectifs pacifiques, pour s’attaquer à des citoyens ou à leurs lieux de culte, qu'ils soient chrétiens, juifs ou musulmans". Et les responsables musulmans d’appeler à "faire preuve de vigilance, et à agir dans un cadre strictement légal et autorisé et à se démarquer de “ses nervis” dont les objectifs sont totalement étrangers aux intérêts de la communauté musulmane de France et à ses principes".

Les responsables du CRCM et de mosquées de la région Rhône-Alpes invitent également "les concitoyens juifs de France" à réfléchir de manière conjointe aux meilleurs moyens pour "résister dans le cadre des lois de notre République face aux tenants de l'islamophobie et de l’antisémitisme en France et dans le monde".

* Le 22 juillet, le Conseil représentatif des institutions juives de France avait notamment regretté que le recteur de la grande mosquée de Lyon "n’ait pas condamné avec la même fermeté et sans ambiguïté, à l’instar de M. Dalil Boubakeur, recteur de la grande mosquée de Paris et de la Conférence des imams de France, les propos et actes antisémites proférés ces derniers jours à la marge des manifestations pro- palestiniennes". Le Crif avait alors évoqué "une posture républicaine de façade".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut