LE GRAND LYON PREND L'EAU

Le dernier budget de la mandature a été présenté, dans la continuité de gestion des précédents. Il a fallu attendre la fin de la séance, le débat sur les concessions d 'eau, pour que le ton monte, principalement entre les Verts et le PS, membres de la même majorité.

L'eau dans le gaz
Le débat sur le prix de l'eau a fait des bulles. Gérard Collomb comptait faire entériner sans vagues une baisse de 28 cts au m3. Depuis dix-huit mois, le Grand Lyon renégocie avec les entreprises privées Véolia et SDI. Le contra court encore jusqu'en 2018 mais il est prévu des clauses de revoyure tous les cinq ans. Le prix de l'eau est largement surévalué dans l'agglomération. En prolongeant les termes du contrat signé, la marge des entreprises avoisinerait les 50 % en 2018, alors que le taux moyen dans la profession est de 7 %. D'où une baisse demandée par la communauté et une redéfinition de l'indice k qui sert à calculer les prix. Les conclusions de la commission de conciliation chargée de trouver un compromis entre les deux parties visaient une baisse de 16 %, soit 28 cts par m3 Le Grand Lyon aurait dû voter ce nouveau tarif dans l'enthousiasme. C'était compter sans l'enthousiasme encore plus grand des Verts qui demandent par amendement de rajouter une baisse unilatérale de 30 % sur les abonnements. Impossible, répond la présidence par la bouche de Patrick Laurent, cette décision serait inéquitable pour les entreprises qui risqueraient d'attaquer en justice. " On s'en fout " répond en substance Etenne Tête (Les Verts). Et il se lance dans une logue démonstration juridique pour expliquer que légalement c'est bien la communauté qui a le pouvoir de fixer les prix. Agacement soutenu de Gérard Collomb. Et fait les Verts ne souhaitent que ça, aller en justice, pour faire casser le contrat et revenir à une gestion de l'eau par une régie publique. Mais prendre un risque pareil à cinq mois des élections. L'UMP votera avec les Verts. L'amendement sera repoussé. Et finalement le nouveau prix de l'eau sera adopté. A partir du 1er janvier, les grandlyonnais paieront leur eau 16 % de moins.

Budget : beau fixe avec menaces d'orage
Dernier budget avant les prochaines élections. Jacky Darne, vice-président chargé des finances, présente une hypothèse budgétaire dans la continuité des exercices précédents. De gros postes avec 144 millions pour les transports et 48 millions pour le logement social. Il insiste sur la maîtrise de la dette à 13 % seulement du budget, alors que l'objectif fixé était à 20 % maximum. Moins optimiste, Patrick Bertrand calcule à 51,8 millions les intérêts de cette dette et il affirme que son poids augmente de 10 % par an. Presque tous s'accordent à trouver préoccupant le nouveau mode de calcul de la dotation de l'Etat dans ses transferts financiers vers les collectivités locales. Elle était auparavant indexée sur la croissance. Désormais, avec le pacte dit : de stabilité, les recettes venant du national baisseraient de 1 % par an, selon Gérard Collomb. Quant à l'importance des travaux sous le tunnel de la croix-rousse, ils devraient encore réduire les marges de manœuvre pour la prochaine mandature.

Un tube qui creuse l'écart
Le budget des travaux du tunnel de la Croix Rousse a bondi de 20 % lors du dernier conseil communautaire. Les travaux de rénovation prévoient le percement d'un nouveau tube réservé aux transports en commun et aux modes doux. Le tube existant était rénové et mis en conformité de sécurité. Le nouveau tunnel devrait ainsi être mis en service en 2013. Pendant le chantier quatre mois de fermeture seront tout de même nécessaires.

PETITES PHRASES

Alain le Meetic
Comme tout le monde s'ennuie ferme pendant le débat sur le développement durable, Alain Bideau (UMP) en profite pour faire la tournée des potes et des popotes " Je salue mes amis de l'UDF ". Il insiste : " J'ai plus d'amis à l'UDF qu'à l'UMP ". On drague ?

Succession de successeurs
Michel Chapas (UMP) à propos des futures rigueurs budgétaires : " la discipline que vous proposez à vos successeurs montre bien ce qui n'a pas été fait au cours de ce mandat ". Comme pourrait dire Gérard Collomb : " je n'aimerais pas être à la place de mon successeur...euh, si ! "

Jacky Darne (PS) s'emmêle les pinceaux
" Je ne souhaite pas décrire l'avenir en rose, même si je souhaite qu'il soit effectivement rose sur le plan politique ".

Un aveu ?
Pascale Décieux (Millon) : " Les amis, c'est les amis, on fait avec... " Gérard Collomb " A qui le dites-vous ! ". La question est : 'à qui pense-t-il ?'

à lire également
Circulation à Lyon la nuit © Tim Douet
Si Gérard Collomb a fait de l'Anneau des sciences de Lyon le point central de sa campagne, un décalage semble se creuser avec les principales attentes des Lyonnais. Ce projet d'autoroute pour boucler le périphérique ne remporte pas l'adhésion selon un sondage. 
Faire défiler vers le haut