LE TOURISME NIPPON FLEURIT A LYON

et à faire tourner son économie.

Il suffit de se promener dans les ruelles du Vieux Lyon pour constater une forte présence des touristes asiatiques. Plus que l'année dernière, ils arpentent le pavé lyonnais. Le bureau des guides constate une augmentation de plus de 8 % des touristes japonais en mai/juin 2007 par rapport à la même période de 2006. De plus en plus nombreux, les Japonais ne représentent qu'un petit 5 % des 2400 étrangers qui fréquentent l'office du tourisme chaque année, très loin devant les Chinois ou les Coréens. Mais contrairement aux Américains au lendemain du 11 septembre, cette clientèle n'a jamais déserté la ville.

Lyon bénéficie donc, depuis une quinzaine d'année, d'une clientèle à fort pouvoir d'achat. Les Nippons aiment descendre dans les grands restaurants et dans les trois/quatre étoiles de la Presqu'Ile. Ils font leurs courses dans le "Carré d'Or" (chez Hermès, Dior, Cartier, Vuitton...), qui réalise d'ailleurs la majorité de son chiffre d'affaire avec cette clientèle. Question culture, c'est "à la Japonaise" explique-t-on à l'office du tourisme : une visite générale en autocar, la balade à Fourvière et dans le Vieux Lyon, et les musées des tissus et des beaux-arts en une heure. Mais contrairement aux idées reçues, le Japonais ne voyage pas qu'en groupe. "On note la présence de plus en plus de "repeaters", conclut François Gaillard, directeur de l'office du tourisme. Ils ont aimé Lyon en groupe, ils reviennent en couple".

à lire également
Pierre-Yves Gomez © Antoine Merlet
Pierre-Yves Gomez est économiste, essayiste et professeur à l’EM Lyon, où il dirige l’Institut français de gouvernement des entreprises. Dans L’Esprit malin du capitalisme (Desclée de Brouwer, 2019), il montre comment le capitalisme s’approprie tous les aspects de notre existence et dans quelle mesure il influence nos modes de vie. Entretien.
Faire défiler vers le haut