Le Wifi dans la rue : génial ou dangereux ?

La même semaine, la Ville de Paris désactivait ses bornes wifi installées dans les bibliothèques où des employés se plaignent de différents troubles depuis l'installation de l'Internet sans fil. Lyon Capitale lance le débat par un face-à-face entre Pierre-Alain Muet et Michèle Rivasi.

Pierre-Alain Muet, député (PS) et adjoint à Lyon en charge du développement économique. Il est le promoteur du wifi en ville.
"Je peux rassurer les Lyonnais sur l'innocuité du wifi"

Lyon Capitale. Quel est l'intérêt des bornes wifi en ville alors que les immeubles de particuliers sont déjà saturés de réseaux sans-fil ?
Pierre-Alain Muet : L'intérêt est de permettre, dans une grande agglomération comme la nôtre, de vous connecter pour avoir de l'information sur le lieu où vous êtes et de relever vos mails. Dans les années qui viennent, la mobilité sera un aspect essentiel. De même que tout le monde se promène avec un téléphone portable, le désir de se brancher sur Internet où que l'on soit va se développer fortement. Mais contrairement à ce qui s'est fait dans beaucoup d'autres agglomérations, au lieu de décider d'en haut, j'ai opté pour l'expérimentation et la concertation. On commence donc pour six mois sur quelques lieux. Pendant ce temps-là, une concertation avec tous les utilisateurs et les associations va aborder tous les sujets : les usages (mail, information sur les services), les attentes (quelle gratuité ?) et bien sûr la question santé.

Lyon installe le wifi alors que des employés de bibliothèques parisiennes se plaignent de troubles (maux de tête, vertiges, malaises...) qui seraient, selon eux, causés par l'Internet sans fil. Comment répondez-vous à ces inquiétudes ?
Comme pour le téléphone portable, on va faire appel à une commission d'experts scientifiques. Nous ne voulons pas construire un projet sans que l'on ait examiné tous les aspects. Je suis prêt à discuter avec toutes les associations qui veulent appliquer le principe de précaution et leur assurer que l'on procède selon ce principe.

Estimez-vous que le wifi est dangereux pour la santé ?
Mon sentiment, d'après ce que je tiens des spécialistes, est que les ondes wifi sont des ondes radio traditionnelles. Elles diffèrent des ondes de téléphone portable qui ne sont pas dans la même fréquence. Je peux donc rassurer les Lyonnais sur l'innocuité du wifi. Mais je veux le vérifier car il faut s'assurer qu'il n'y ait aucun risque pour nos concitoyens.

Michèle Rivasi, la présidente du Criirem (Centre de recherche et d'information indépendantes sur les rayonnements électromagnétiques).
"Nous demandons un moratoire sur le wifi"

Lyon Capitale. Lyon installe du wifi en ville. Est-ce dangereux pour la santé ?
Michèle Rivasi : Lorsqu'on installe le wifi dans des lieux publics, on augmente la pollution électromagnétique subie. Or des études réalisées en 1995, corroborées en 2004 et 2006 montrent notamment que les fréquences du wifi sont génotoxiques. C'est-à-dire qu'elles peuvent casser des molécules d'ADN, ce qui peut transformer des cellules normales en cellule cancéreuse.

Selon l'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset), "les faibles puissances d'émission ne permettent pas de conclure à l'existence d'un risque particulier éventuel"...
On n'a pas assez de recul pour conclure dans ce sens car cela n'a pas à voir avec la puissance. La fréquence du wifi a aussi la particularité d'agiter rapidement les molécules d'eau. On s'est aperçu par exemple que dans les villages de la Drôme où on a installé des bornes wifi, des habitants ont déclenché des syndromes beaucoup plus rapidement que pour des antennes-relais de portable GSM. Comme les employés des bibliothèques de Paris, ils se plaignent de nausées, de maux de tête, migraines, pertes de mémoire.

Comment jugez-vous la manière dont la Ville de Lyon va expérimenter le wifi dans les rues de Lyon (concertation, mise en place d'une commission d'experts) ?
Lyon, comme les autres villes, devraient mettre en place des mesures en continu des ondes électromagnétiques et faire une enquête pour savoir comment les gens vivent avec. Surtout, avant de développer le wifi, il faut réaliser des études scientifiques plus approfondies sur ses effets. En attendant, le Criirem appelle à un moratoire sur le wifi, d'autant plus que des alternatives existent (fibres optiques, câble) pour se connecter à Internet. Dans tous les cas, je ne vois pas vraiment l'intérêt d'aller dans la rue pour se connecter à Internet !

Comment ça marche

Rien de plus simple que la connexion au réseau wifi installée par la ville. Il suffit de sélectionner le réseau "SFR wifi" ou "Neuf Cegetel wifi", selon l'endroit où l'on se trouve, et de suivre les indications données sur la page d'accueil.

Aucune adhésion n'est à payer, il faut seulement s'enregistrer afin d'obtenir un nom d'utilisateur et un mot de passe valable un mois.

Une fois la fiche de renseignements remplie et validée, les mots de passe et d'utilisateurs sont envoyés dans la foulée par texto sur votre mobile.

Il ne reste alors plus qu'à rentrer les codes reçus sur la page d'accueil, et Internet sous la queue du cheval place Bellecour devient réalité.

à lire également
Le nombre de cas positifs de coronavirus est reparti à la hausse en France depuis plusieurs jours. Désormais, les préfets peuvent rendre le port du masque aussi obligatoire dans les lieux publics ouverts. Ainsi, le port du masque est obligatoire dans certaines rues de Lille, de Nice ou encore d'Annecy. Et à Lyon ? Ce n'est pas encore d'actualité.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut