Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet
Bruno Bernard, président de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet

Législatives : vers une alliance à gauche ? "La main est tendue, discutons", intime Bruno Bernard

Le président écologiste de la Métropole de Lyon, Bruno Bernard, estime que la gauche doit se rassembler en vue des législatives.

Avec près de 22% des voix, Jean-Luc Mélenchon est passé tout près du 2e tour. Mais il est éliminé. Eliminée au 1er tour, la gauche a déjà les yeux tournés vers les législatives. Mais pour peser, elle devra probablement s'unir avant le 1er tour.

La France insoumise propose à une partie de la gauche de former une coalition. Le parti a écrit à EELV, au PCF et au NPA pour travailler à construire "une majorité politique à l'Assemblée nationale" lors des législatives, prévues les 12 et 19 juin prochain. La France Insoumise propose aux écologistes et aux communistes de les rencontrer pour discuter notamment "de la constitution d'un nouveau Parlement, à l'image du Parlement de l'Union populaire" et "de l'attribution du label commun pour des candidatures aux élections législatives".

"La main est tendue, discutons et soyons collectivement à la hauteur. Oui, l'union de la gauche et des écologistes aux législatives est possible. C'est cette Union qui nous a permis de remporter la Métropole de Lyon en 2020, avec les insoumis, les communistes et les socialistes", explique Bruno Bernard, le président écologiste de la Métropole de Lyon. Dans la Métropole, l'union à gauche s'est toutefois faite après le 1er tour en 2020, et avant le 2e.

"Notre pays a besoin plus que jamais de politiques publiques sociales, écologiques et démocratiques. Nous savons travailler et gouverner ensemble localement. Ne reproduisons pas les erreurs du passé, construisons l'élan nécessaire aux victoires futures", ajoute Bruno Bernard.

A Lyon, la gauche peut nourrir des espoirs

A Lyon et dans le Rhône, la gauche peut nourrir des espoirs. Elle qui part presque de rien à Lyon et dans le Rhône au niveau des députés. Pour rappel, sur les 14 députés sortants du Rhône, 11 sont de la majorité présidentielle (En Marche ou Modem), 2 sont LR et un seul est écologiste (Hubert Julien-Laferrière dans le 2e circonscription). Et encore, Julien-Laferrière avait été élu au Palais Bourbon en 2017 avec l'étiquette LREM avant de quitter le parti présidentiel pendant le mandat.

Lire aussi :

Au 1er tour de la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans 6 circonscriptions législatives sur 14 dans le département du Rhône, dont 3 sur 4 à Lyon, et très largement sur celle de Villeurbanne.

Mélenchon cartonne à Lyon, à Villeurbanne et dans l'est lyonnais

Dans notre carte interactive (à retrouver ci-dessous), on voit notamment que Mélenchon arrive en tête dans 3 circonscriptions sur 4 de Lyon, la 1ère (avec 31,5% des voix), la 2e (34%) et la 3e (35,6%) du Rhône. Dans la 1ère et la 3e circonscription, ce sont des députés LREM sortants. Mélenchon est aussi largement en tête dans les 6e (37,9%), 7e (37,5%), et 14e circonscriptions (40,2%), des "circo" où ce sont tous des députés LREM sortants.

Toutefois, cette photographie à l'instant t, issue des résultats du 1er tour de la présidentielle, ne préfigure pas ce qui se passera dans les urnes lors du 1er tour des législatives, dans 2 mois (le dimanche 12 juin). Les alliances, la participation, la campagne et tant d'autres choses peuvent (et vont entrer) en ligne de compte. La participation, par exemple, est toujours plus faible aux législatives, avec une démobilisation (souvent) plus forte des électeurs dont leur candidat a été battu à la présidentielle. Mais cette photographie offre des perspectives aussi, dans les alliances comme dans les conquêtes possibles.

 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut