Les anti-blocages s'organisent

Ils dénoncent les entraves à la liberté d'étudier. Mais surtout ils accusent les 'bloqueurs acharnés ' d'imposer 'leurs choix à la majorité d'étudiants qui souhaitent travailler'. Cette majorité, ils sont convaincus de la représenter et veulent qu'elle se manifeste. Ils disribuent donc des tracts devant les facs, essaient d'intervenir à l'intérieur des AG où ils sont souvent mal reçus. On les accuse d'être de droite, on les assimile au syndicat UNI. Eux se revendiquent a-politiques 'ils y a chez nous des gens du PS, de l'UMP et du Modem'. Même si l'une des initiatrices confie que c'est l'UMP qui leur a demandé de faire un mouvement 'a-politique'. N'empêche, autour d'eux et de leur site se retrouvent des gens d'opinions diverses, certains sont pour la loi Pécresse et d'autres contre, mais tous s'opposent au blocage des facs.

http://ecblyon.hautetfort.com

à lire également
Etudiants de l’IAE (Lyon 3) en décembre 2018 © Tim Douet / Aperçu du tableau paru dans Lyon Capitale n°795
En matière de formations post-bac, l’insertion professionnelle fait office de juge de paix. Encore faut-il s’y retrouver sous le déluge de classements et l’avalanche de salons au cœur de l’angoisse de la période de candidature sur ParcourSup. Lyon Capitale fait le point sur les formations d’avenir, celles qui recruteront dans les dix années qui viennent.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut