Les femmes des forces de l'ordre descendent dans la rue

A Lyon, comme dans six autres villes de France, les Femmes des forces de l'ordre en colères (FFOC) manifestaient ce samedi après-midi, accompagnées de deux autres associations.

Manifestation des Femmes de forces de l'ordre en colère (FFOC)

© Antoine Sillières
Manifestation des Femmes de forces de l'ordre en colère (FFOC)

"Nos maris ne sont plus respectés, nos enfants craignent d'être harcelés". L'association des Femmes des forces de l'ordre en colère (FFOC) battait le pavé ce samedi après-midi à Lyon, comme dans six autres villes de France. Accompagnées des associations Union des policiers nationaux indépendants (UPNI) et Mobilisation des policiers en
colère (MPC), elles réclamaient davantage de moyens et de protection pour les policiers, gendarmes, militaires et pompiers. En tout, une petite centaine de manifestants sont partis de la place Bellecour à 14 heures, en direction des Terreaux.

Manifestation des Femmes de forces de l'ordre en colère (FFOC)

© Antoine Sillières
Manifestation des Femmes de forces de l'ordre en colère (FFOC)

"Que nos conjoints reviennent sains et saufs"

"Nous voulons les moyens de protéger les citoyens" et "être sûrs que nos conjoints et conjointes reviennent sains et saufs le soir à la maison", clame les manifestantes en tête de cortège. "Forces de l'ordre menacées, citoyens en danger", clament-elle au cri de de ralliement "citoyens avec nous".

"Le jour il n'y aura plus de police, le jour où il n'y aura plus de gendarmes, le jour où il n'y aura plus de militaire, le jour où il n'y a plus de pompiers, on est tous dans la merde", entend-on au mégaphone alors que le cortège approche de la place des Terreaux, où les manifestantes offrent des fleurs, et une bise, aux motards qui encadrent la manifestation.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut