Image : musée des Confluences

Les « Traces du vivant », la nouvelle exposition du musée des Confluences

La nouvelle exposition du musée des Confluences s’ouvre au grand public en fin de semaine, le 7 février. Elle restera jusqu’au 6 décembre. Dents, os, cornes… « Traces du vivant » raconte l’histoire des animaux, mais aussi des humains au travers de ces vestiges.

Les os sont souvent les derniers restes chez les vertébrés à la plus grande satisfaction des ostéologues, ces spécialistes de l’étude des os humain ou animal, de leur composition et de leur structure. Le musée de Confluence propose d’aller admirer les 211 pièces mises en scène dans « Traces du vivant ». 94 d’entre elles proviennent directement de la collection du musée des Confluences forte de 4 000 pièces.

Autour d’un grand plateau d’anatomie comparée, le visiteur pourra observer des squelettes d’animaux pour explorer leurs histoires, mais aussi celle de l’humanité. Des vitrines colorées plongeront le visiteur dans l’exploitation des os par l’homme. Solide, un os peut être un outil efficace ou une arme redoutable. Symbole de mort, mais aussi réceptacle de l’âme, l’os est aussi un outil culturel, chargé d’éloigné les esprits, de se connecter à Dieu, ou objet médicinal, l’homme lui a toujours accordé une forte symbolique.

Des visites commentées seront organisées plusieurs fois par mois à partir de 10h30, le samedi 8 et le dimanche 23 en février. Une visite en langue des signes est organisée le 11 avril. Il en coûtera de 5 à 3€ plus le billet du musée. Des ateliers, conférences et expositions seront proposés d’ici la fin de l’exposition, en décembre 2020.

Pour les informations pratiques sur le musée des Confluences c’est ici.

à lire également
Musée des Confluences 2015
Concerts, gâteau, inauguration de l’exposition “L’univers à l’envers, Plonk & Replonk®” et visite gratuite, une soirée d’anniversaire va être organisée en décembre au musée des Confluences pour ses cinq ans.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut