Lyon 2 évacuée par les gendarmes mobiles

Comme promis par le président de l'université Lyon 2, Claude Journès. Celui-ci avait prévenu les étudiants mobilisés contre la loi Pécresse, qu'il ne tolérerait aucun blocage du site des Berges du Rhône, tout fraîchement rénové. Le jeudi même il avait annoncé qu'il fermerait administrativement les lieux à 17h, laissant aucun espoir aux étudiants de poursuivre leur blocus plus de quelques heures.
Après avoir échafaudé les barricades de chaises et de tables, la longue attente pouvait commencer. Au bout de plusieurs heures, les gendarmes mobiles ont finalement investi l'amphi Laprade où s'étaient réfugiés plus d'une centaine d'étudiants. L'évacuation a pu avoir lieu, dans un calme relatif (voir la vidéo). Tous les étudiants sont finalement sortis, en lançant des slogans hostiles à la police. Aucune arrestation n'a eu lieu. Une fois sortis, une manifestation sauvage s'est formée et a pris la direction du centre ville pour se disperser place des Terreaux.
Faire appel aux forces de l'ordre pour évacuer l'université est un fait rare dans l'histoire de Lyon 2 considérée comme progressiste. C'est une nouvelle preuve de la stratégie adoptée par le président Journès : marginaliser autant que possible ce mouvement étudiant qui est en train de s'étendre. Il a toutefois toléré l'occupation d'un amphi sur le campus de Bron. A suivre.

à lire également
Etudiants de l’IAE (Lyon 3) en décembre 2018 © Tim Douet / Aperçu du tableau paru dans Lyon Capitale n°795
En matière de formations post-bac, l’insertion professionnelle fait office de juge de paix. Encore faut-il s’y retrouver sous le déluge de classements et l’avalanche de salons au cœur de l’angoisse de la période de candidature sur ParcourSup. Lyon Capitale fait le point sur les formations d’avenir, celles qui recruteront dans les dix années qui viennent.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut