Lyon : adoption d'une convention contre les violences LGBTphobes

Ce mardi, les collectivités locales, les services de police et de l'État, et les associations de défense des droits LGBT ont signé une convention pour mieux lutter contre les violences LGBTphobes.

Pascal Mailhos, préfet de la région Auvergne-Rhône-Alpes, préfet du Rhône, le Procureur de la République, le président de la Métropole de Lyon, le maire de Lyon, le maire de Villeurbanne, le délégué interministériel à la lutte contre le racisme, l'antisémitisme et la haine anti-LGBT, le directeur départemental des services de l’Éducation nationale et plusieurs  associations de défense des droits LGBT ont signé ce mardi une convention locale contre les violences LGBTphobes et la mise en place d'un plan d’actions sur le sujet. Une première dans l'agglomération lyonnaise. 

Ce plan décline plusieurs actions : 

  • informer sur la conduite à tenir par les victimes d’une agression à caractère LGBTphobe ; 
  • mieux former les professionnels chargés de l’accueil et de la prise en charge des victimes ;
  • sensibiliser le grand public, les établissements scolaires, les milieux sportifs et professionnels à la lutte contre les LGBTphobies ;
  • redoubler de vigilance dans les lieux connaissant régulièrement des violences LGBTphobes.

“Certaines actions ont notamment pour objectif un meilleur accompagnement des victimes afin que ces dernières se sachent soutenues par les institutions et n’hésitent pas à déposer plainte. Le réseau des référents d’aide aux victimes et de correspondants de la direction départementale de la sécurité publique et du Groupement de gendarmerie départemental du Rhône, en lien étroit avec le Parquet, les associations LGBTQIA+, les correspondants de l’Éducation nationale et des services de santé seront mobilisés pour encourager le dépôt de plaintes et rendre visibles ces violences qui demeurent un phénomène encore trop mal répertorié”, ont assuré les acteurs.

La convention prévoit également d’intégrer une dimension pédagogique dans le cadre des peines alternatives. Un bilan de l’avancée des actions de la convention sera réalisé chaque année. 

Faire défiler vers le haut