Lyon : des lecteurs choqués, bad buzz après le lancement du Petit Paumé

Samedi, c’était le grand lancement du Petit Paumé à Bellecour. Mais une critique, dans le guide, interpelle… Et choque sur les réseaux sociaux.

Ce samedi 12 octobre, c’était le grand lancement du Petit Paumé place Bellecour, à Lyon. Cette année, 200 000 exemplaires ont été imprimés. Le guide est réalisé par 35 étudiants de l'EM Lyon.

Mais un passage fait déjà polémique, la critique du ho36, dans le quartier de la Guillotière. "Alors que je fuis une bande de rebeus place Guillotière, je m’engouffre, un peu par hasard à ho36. Bonne pioche !Des jeunes blancs qui travaillent sur leurs ordis, tout en sirotant un bon café latte. Je vais pouvoir me fondre dans la masse", est-il notamment écrit.

Déjà une polémique l'année dernière

Lors du précédent guide, c’est une fausse citation du tueur de masse Anders Breivik "J'aime bien les îles, il n'y a pas moyen de fuir" qui avait déjà déclenché une polémique (lire ici).

"Ces propos ne sont évidemment pas à prendre au premier degré. Loin de nous l'idée de faire l'apologie d'une idéologie ou d'un acte aussi nauséabond, bien au contraire, avait réagi l’équipe du Petit Paumé, l’année dernière, après cette polémique : Depuis 50 ans, Le Petit Paumé mise sur un humour plus ou moins osé et adopte une plume légère, souvent avec succès, parfois aussi de manière moins réussie. Nous reconnaissons ici que cette touche d'humour n'était pas appropriée".

à lire également
Durant cette période marquée par le confinement et le coronavirus COVID-19, les territoires se retrouvent en première ligne pour apporter des réponses économiques et sociales. Interviewé par Lyon Capitale, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld aborde les éléments concrets déjà en place, mais aussi ceux à venir comme une plateforme de mise en relation entre les consommateurs et producteurs locaux. Il invite également le maire de Lyon Gérard Collomb à demander des dérogations pour la réouverture de certains marchés, aujourd'hui tous suspendus. 
Faire défiler vers le haut