Pascal Mailhos, le préfet du Rhône, Nicolas Jacquet le procureur de la République de Lyon et Laëtitia Francart, la procureur de la République de Villefranche-sur-Saône ont signé ce mercredi 5 janvier un nouveau plan de prévention de la délinquance pour le département. (Photo préfecture du Rhône)

Lyon : la préfecture du Rhône et la justice définissent leurs priorités pour prévenir la délinquance

Pour s’adapter à l’évolution de la délinquance dans le département, la préfecture du Rhône et les parquets de Lyon et Villefranche-sur-Saône ont adopté ce mercredi 5 janvier un nouveau plan de prévention pour "lutter durablement" contre la délinquance, les trafics et la violence. 

Confrontés à un changement des formes de délinquance, le préfet du Rhône et les procureurs de Lyon et Villeffrance-sur-Saône ont décidé de prendre les choses en main en adaptant leur réponse. Réunis dans les locaux de la préfecture du Rhône, Pascal Mailhos, le préfet, Nicolas Jacquet le procureur de la République de Lyon et Laëtitia Francart, la procureur de la République de Villefranche-sur-Saône, ont signé, ce mercredi 5 janvier, un plan départemental pour prévenir la délinquance dès le plus jeune âge. 

Établi en partenariat avec un certain nombre d’acteurs locaux comme les bailleurs sociaux, le Sytral (en charge des transports en commun dans le département), le SDMIS (les pompiers de la Métropole de Lyon) sans oublier les collectivités territoriales, ce plan doit permettre de "lutter durablement contre la délinquance, les trafics, la violence", explique la préfecture dans un communiqué, en créant de nouvelles actions à destination des jeunes et des plus fragiles.

Un plan qui repose sur 4 axes

Pour cela, quatre axes prioritaires ont été définis jusqu’en 2024 par le représentant de l’État au niveau local et la justice. Ces derniers veulent ainsi :  

  • Agir plus tôt et de manière plus approfondie auprès des jeunes. Cela doit notamment passer par de la prévention contre le harcèlement sur les réseaux sociaux et le décrochage scolaire ou encore un travail sur l’insertion professionnelle.
  • Aller vers les personnes vulnérables pour mieux les protéger, en formant notamment des professionnels qui seront chargés de faire de la prévention. Il s’agira aussi d’assurer l’hébergement des victimes de violences conjugales.
  • Intégrer la population comme un véritable acteur de la prévention de la délinquance. Pour cela, ils comptent s’appuyer, entre autres, sur des dispositifs comme le service civique.
  • Enfin, pour le dernier axe, ce plan étant établi au niveau national avant d’être décliné au niveau local, il s’agira de renforcer la gouvernance autour du préfet, afin qu’il soit l’interlocuteur privilégié des différents acteurs (police, bailleurs, etc.) avec les maires des communes, par qui le plan de prévention doit passer. L’idée étant que des points réguliers soient organisés, d’ici 2024, entre les différents acteurs du territoire.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut