Lyon : la ville sécurise la halle Tony-Garnier avant Metallica

Ces derniers jours, plusieurs blocs de béton ont été disposés entre les voies de tram et la halle Tony-Garnier dans le 7e arrondissement de Lyon.

Tandis que des milliers de fans assisteront ce soir à la performance du groupe Metallica à Lyon, des blocs de béton ont été disposés par la municipalité entre l'arrêt de tramway et la halle Tony-Garnier, dans le 7e arrondissement. Le but de ces blocs est d'éviter les attentats à la voiture-bélier qui se sont malheureusement multipliés en Europe. Dès la fin du mois de juillet, des bornes anti-voiture bélier étaient ainsi installées en haut des berges du Rhône. À la fin du mois d’août, juste après le drame survenu à Barcelone, Lyon Capitale se demandait si des artères centrales de la ville, telle la rue de la République, étaient suffisamment sécurisées. Quelques jours plus tard, la mairie de Lyon annonçait la mise en place de blocs de béton devant la halle Tony-Garnier ainsi qu'une solution provisoire pour les rues Victor-Hugo et de la République. Il s'agirait, selon l'adjoint à la sécurité, Jean-Yves Sécheresse, "de séquencer ces rues par des plots en béton qui, en étant savamment décalés, obligeront les véhicules à ralentir lorsqu’ils voudront s’engager dans la rue". Pour la place des Terreaux, une solution plus pérenne que les bornes escamotables et les blocs de béton est à l'étude.

à lire également
Banderole du collectif “Presqu’île en colère” sur des balcons – Lyon, octobre 2019 © Antoine Merlet
La multiplication des collectifs “en colère” aux quatre coins de la ville oblige les candidats aux municipales lyonnaises à développer leur arsenal “sécuritaire”, qui repose principalement sur la police municipale et la vidéosurveillance. Tous en font leur priorité, mais la conception qu’ils en ont ravive des clivages politiques.
Faire défiler vers le haut