L’enseigne KFC s’intéresse à un emplacement en face de son concurrent McDonald @Antoine Merlet

Lyon : Le KFC de la discorde à La Guillotière

La marque de fast-food KFC projetterait de s'implanter dans le quartier de La Guillotière au 18 cours Gambetta à Lyon, près du McDonald's. De quoi agacer la mairie du 7e arrondissement qui tente de diversifier les commerces dans cette zone. Lyon Capitale a enquêté.

"KFC, Bon à s'en lécher les doigts", pouvait-on lire en anglais sur tous les produits de la célèbre marque de poulet frit. Un appétit qui commence à faire du bruit à Lyon, notamment dans le quartier de la Guillotière. C'est précisément ici, au 18 cours Gambetta, que l'enseigne de fast-food commence à prospecter, au grand dam de la mairie et des riverains. Un emplacement très stratégique puisque situé au carrefour du cours Gambetta et de quatre autres rues, juste en face de l'enseigne McDonald's. Si, pour l'instant, rien n'a été annoncé, ni par KFC, ni par la mairie, chacun fourbit ses armes, tout en laissant la discussion ouverte.

Le propriétaire de la boutique confirme avoir été contacté par KFC

D'un côté le propriétaire d'une boutique de robes de mariées. Installé ici depuis des années, il a été approché par les équipes de KFC lors d'un contact "très court" selon ses dires. "Je trouve que c'est beaucoup de bruit pour peu de choses. Nous avons simplement échangé sur la faisabilité de leur projet" explique-t-il à Lyon Capitale. Il poursuit : "Ce sont des gens très bien, mais il ne faut pas mettre la charrue avant les boeufs". Impossible aujourd'hui de dire si les discussions entre la marque américaine et le Lyonnais ont débouché sur quelque chose. Le propriétaire reste silencieux sur ses intentions. Toujours est-il que la mairie commence à préparer sa stratégie pour tenter d'éviter l'installation de KFC.


"Nous voulons assurer une diversité des commerces avant tout. Et il y a déjà trop de fast-foods dans ce quartier."


La mairie du 7e se réserve le droit de préempter les murs

"Nous ne voyons pas d'un très bon oeil l'arrivée de cette enseigne dans le quartier" annonce de but en blanc la maire du 7e, Fanny Dubot, avant de décrypter : "nous voulons assurer une diversité des commerces avant tout. L'idée n'est pas de procéder par élimination mais de répondre à un besoin. Et il y a déjà trop de fast-foods dans ce quartier".

Si la mairie déclare vouloir en premier lieu discuter avec le propriétaire de la boutique, elle dispose encore d'une arme : le "périmètre de sauvegarde du commerce" dont fait partie le quartier de la Guillotière. Encore à l'état embryonnaire, il permettrait à la mairie de passer en force avec un droit de préemption sur la vente de la boutique ou bien même la location de ses murs. "Nous ne sommes pas certains de vouloir le faire jouer car nous sommes encore au stade initial dans le développement de ce périmètre" assure la maire du 7e.


"Je trouve que c'est à la fois un manque de respect et de déontologie de la part de la mairie. Si je veux ouvrir un sex-shop demain à la Guillotière, je le ferai."


Bien que la mairie ne compte pas utiliser son droit de préemption pour l'instant, cette possibilité énerve le propriétaire de la boutique. Selon lui, la municipalité ne l'a jamais contacté pour manifester son désaccord : "Je trouve que c'est à la fois un manque de respect et de déontologie de la part de la mairie. Si je veux ouvrir un sex-shop demain à la Guillotière, je le ferai" s'emporte-il. Pourtant les deux parties se retrouvent sur leur volonté de discuter. "La mairie n'a pas vocation à dire ce qu'il faut ouvrir ou pas. De plus, ce magasin de robes ne nous dérange pas du tout" analyse Fanny Dubot. De quoi donner bon espoir sur leurs échanges futurs... et laisser libre le suspens sur l'ouverture d'un KFC à Guillotière.

 

Lire aussi : Marché sauvage de la Guillotière : la droite dénonce la "capitulation" des verts à Lyon

Lire aussi : A Lyon, Grégory Doucet se donne du temps pour la Guillotiere

 

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut