Greves rafinerie Feyzin station essence CGT FO autoroute © Tim Douet_0198
© Tim Douet

Lyon : les syndicats poussent à la pénurie de carburants

La raffinerie de Lyon Feyzin est en grève depuis plus d'un mois, mais la pénurie de carburants n'était pas encore apparue sur l'agglomération. Les syndicats ont choisi de bloquer la raffinerie pour la déclencher.

Le bras de fer entre les syndicats et la direction de Total monte d'un cran à Feyzin. La raffinerie est à l'arrêt depuis un mois. La CGT et FO demandent à Total de renoncer à supprimer sept postes sur la raffinerie (les salariés seront reclassés ailleurs).

Néanmoins, malgré cette grève majeure, la pénurie de carburants n'était pas apparue dans la métropole de Lyon. Les automobilistes ne se sont pas précipités à la pompe et Total a puisé dans ses stocks ou a fait venir du carburant d'autres raffineries pour maintenir l’approvisionnement.

Ce vendredi matin, les syndicats ont choisi de bloquer la raffinerie pour que les produits pétroliers comme le kérosène, l'essence ou le gazole ne puissent plus sortir. Dans un communiqué, ils annoncent que ces actions vont se multiplier durant les prochains jours promettant que la pénurie "va avoir lieu", selon la CGT.

Lundi, une première tentative de blocage avait été effectuée et des camions n'avaient pu sortir. Les forces de l'ordre avaient alors levé le blocage, intervention qui pourrait être répétée lors de chaque tentative. Pour la pénurie, tout dépendra une nouvelle fois des automobilistes qui s'ils ne se précipitent pas dans les stations-service ne devraient pas la créer.

à lire également
Par voie de communiqué les ouvreurs et ouvreuses de l’Opéra de Lyon ont annoncé être en grève ce samedi contre la réforme des retraites. Ils proposent, à ceux qui le souhaitent, de les rejoindre pour assister à l’occupation du péristyle ce soir.
4 commentaires
  1. vieux caladois - 8 novembre 2019

    on va être obligés de s'approvisionner directement...au Vénézuela…?

    1. Georges Marchais - 8 novembre 2019

      Actuellement on se fournit majoritairement chez un pays qui finance et soutient les terroristes qui nous attaquent. Mais le gouvernement pense que le problème c'est le Venezuela. Pauvre de nous.

  2. Georges Marchais - 8 novembre 2019

    Je vais aller faire le plein.

  3. paul-chabert-dhieres - 10 novembre 2019

    une fois de plus des syndicalistes qui décident de prendre en otage des citoyens extérieurs à leurs conflits

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut