La Saône prise dans la glace (fin XIXe) Bibliothèque municipale de Lyon P0546 SA 06-27

Lyon : quand la Saône et le Rhône se sont mis à geler

À plusieurs reprises durant l'histoire de Lyon, la Saône et le Rhône se sont mis à geler. Le 22 décembre 1938, une vague de froid touche la France et un record est battu à Lyon.

22 décembre 1938, le record de froid est battu à Lyon avec un thermomètre qui affiche pour la première fois - 24,6 degrés. Depuis, cette valeur ne sera jamais atteinte. Même le tristement célèbre hiver 1956 ne descendra pas si bas, avec un -21,4 degrés le 15 février (quand l'hiver 54 est marqué par un -13,5 degrés toujours à Lyon). Ces températures extrêmes ont eu à chaque fois un effet visible sur le fleuve et son affluent.

Si à travers l'histoire, voir le Rhône geler reste un événement rare, une cinquantaine de fois depuis le XIe siècle, pour la Saône, il en est tout autre. En effet, lorsque le Rhône commence à être envahi par la glace à partir de - 14 degrés, pour la Saône, il suffit de quelques jours de suite à - 4.

L'hiver 62 / 63

Ainsi, à travers les archives, on retrouve des mentions du Rhône et de la Saône pris dans la glace le 24 décembre 1788. Au cours du XXe siècle, plus que les hivers 1954 et 1956, celui de 1962-1963 se distingue par ses températures jusqu'à - 23 degrés en janvier et un événement climatique qui s'est inscrit dans la durée. Rhône et Saône furent alors gelés et les Lyonnais qui n'étaient pas transis par le froid s'essayèrent au patin à glace sur le lac du Parc de la Tête d'Or (il est possible de consulter une photo ici du lac gelé sur le site de la bibliothèque municipale de Lyon). Derrière les clichés qui sont parvenus jusqu'à se cache également un drame : 50 000 personnes trouvèrent la mort à cause du froid en France cette année-là.

à lire également
Durant cette période marquée par le confinement et le coronavirus COVID-19, les territoires se retrouvent en première ligne pour apporter des réponses économiques et sociales. Interviewé par Lyon Capitale, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld aborde les éléments concrets déjà en place, mais aussi ceux à venir comme une plateforme de mise en relation entre les consommateurs et producteurs locaux. Il invite également le maire de Lyon Gérard Collomb à demander des dérogations pour la réouverture de certains marchés, aujourd'hui tous suspendus. 
Faire défiler vers le haut