David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP

Lyon - Rhônexpress : Collomb "contre les usagers" pour Kimelfeld

Gérard Collomb propose une médiation pour ne pas arriver à la rupture du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, lui reproche d'agir "contre les usagers et les contribuables".

Mardi matin, le maire de Lyon, Gérard Collomb s'est une nouvelle fois opposée à une rupture immédiate du contrat Rhônexpress. Il a demandé une médiation, comme il l'avait déjà fait à plusieurs reprises (lire ici). David Kimelfeld, président de la métropole de Lyon, avait déjà accusé Gérard Collomb "d'aller dans le sens de Vinci", qui est mandataire de la concession (lire ici).

Après cette nouvelle sortie du maire de Lyon, Kimelfeld a réagi via un communiqué : "En proposant une médiation, Gérard Collomb prend une position contraire à la fois à l’intérêt du SYTRAL dont il est administrateur et à celui de la Métropole dont il est élu. En adoptant une telle position dans une négociation difficile avec Rhônexpress, il affaiblit la position de la Métropole dans la négociation, ce qui ne va pas seulement à l’encontre des intérêts du SYTRAL et de la Métropole mais aussi et surtout à l’encontre des usagers et des contribuables", explique le président de la métropole.

La question de la résiliation du contrat Rhônexpress devrait être tranchée lors d'un conseil syndical du Sytral, le 21 février.

"Au regard des derniers éléments transmis par Rhônexpress, le Président de la Métropole ne voit pas d’autres issues que la résiliation. Cela permettra d’offrir une tarification véritablement attractive et de redonner à la collectivité tous les leviers pour améliorer la mobilité du quotidien et la desserte de l’est lyonnais. Cette décision est d’ailleurs en cohérence avec les principales conclusions des magistrats financiers de la Chambre régionale des comptes. La résiliation n’entraînera pas de rupture pour l’usager, le service continuant à être opéré par la société CFTA du groupe TRANSDEV", conclut la métropole de Lyon.

1 commentaire
  1. PAUL Gabriel - 4 février 2020

    Bonjour
    Collomb est pour la pollution.
    Pour une raison de cout, vu le tarif actuel de Rhônexpress, beaucoup de personnes (qui doivent prendre l'avion ou le train, ou travailler à St Ex) préfèrent utiliser un véhicule individuel pour se rendre à St Ex ou en revenir (voiture personnelle, taxi, etc.)
    Des milliers de véhicules qui polluent entre la Métropole et St Exupéry.
    En plus les jours de pollution les TCL appliquent le ticket à 3euros, ce qui n’est pas le cas de Rhônexpress.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut