Lyon TCL : 90 000 euros, le coût des voeux du Sytral

Alors que le Sytral organise sa cérémonie des voeux 2020 ce vendredi 24 janvier, la question du coût très élevé de cet événement, 150 euros par personne, a été soulevée.

Lundi, nous écrivions un article sur une série de 800 carnets commandés par le Sytral pour un montant minimum de 30 600 euros hors taxes (lire ici). Fouziya Bouzerda, la présidente du Sytral, interrogée lundi lors du conseil métropolitain par l'élu Europe Ecologie Les Verts, Pierre Hémon, avait expliqué que ces carnets étaient destinés à servir de cadeaux aux délégations internationales en visite à Lyon. Néanmoins, les textes à l'intérieur sont en français et non en anglais, tandis qu'un mot signé par la présidente du Sytral est imprimé sur les petits livres. Une inscription signée qui les rend potentiellement périssables. Ils seraient bons pour la destruction, si Fouziya Bouzerda n'était pas reconduite lors des élections.

Lors de sa prise de parole, Pierre Hémon a également demandé à la présidente du Sytral le budget de ses voeux pour l'année 2020 : "J'ai demandé le budget prévisionnel, car j’ai trouvé ceux de l’an passé déjà fort dispendieux. Plus de 63 000 euros hors taxes. Cette année, n’ayant pas de lieu à louer, puisqu’ils se dérouleront dans des bâtiments appartenant au Sytral, le coût devrait être moindre, et nous devrions revenir à des sommes plus raisonnables. En 2016 par exemple, les voeux à la Maison de la Danse dans le 8e arrondissement se montaient à 25 000 euros, toujours hors taxes".

90 000 euros pour l'année 2020 ?

Du côté du Sytral, on indique que les coûts des voeux pour les années 2018 et 2019 étaient respectivement de 54 000 euros pour ceux aux Halles Paul Bocuse et 56 000 euros à l'Hôtel-Dieu (avec location des espaces). En 2020, même si le lieu où se tient la réception appartient au Sytral, le nouveau dépôt de bus de Perrache, le budget flambe selon les prévisionnels que nous avons pu consulter.

Ainsi, le montant consacré à l'événement du 24 janvier par l'autorité publique est autour de 90 000 / 93 000 euros pour 600 personnes attendues. Contacté par Lyon Capitale, le Sytral confirme le chiffre de 90 000 euros tout en expliquant que cette année les voeux seront organisés en même temps que le dévoilement de ce nouveau dépôt de bus de Perrache (qui ne sera terminé qu'en mars).

"Deux évènements en un"

Le Sytral précise : "Au vu du contexte, on peut considérer que les voeux ne coûtent rien car on utilise la révélation du nouveau centre de maintenance ce qui revient à organiser deux événements en un. Ce qui implique toute une logistique inhérente à un lieu qui n’a pas vocation à accueillir des événements et donc des frais supplémentaires notamment dans les domaines suivants : notice de sécurité et  commission de sécurité pour passage en ERP provisoire, agents de sécurité, infographie et signalétique, technique audiovisuelle et chauffage. Les autres postes, habituels dans le cadre de la cérémonie des voeux sont dans la lignée des années précédentes".

150 euros par personne

90 000 euros, pour 600 personnes, cela reviendra ainsi autour de 150 euros par invité pour le Sytral. À titre de comparaison, les voeux à la presse du président de la métropole David Kimelfeld, avec privatisation d'un lieu, ont coûté autour de 3 500 euros pour une centaine d'invités (35 euros par invités), ce qui reste dans les moyennes des autres réceptions du début d'année à Lyon.

Le Sytral s'offre ainsi l'une des réceptions les plus chères du début d'année pour un établissement public. Cet événement est le dernier d'une série de trois temps forts en trois pour le Sytral avec l'arrivée des navettes Navya au Parc OL et sa cérémonie à 50 000 euros (250 personnes), puis l'inauguration du tramway T6 pour 120 000 euros sur deux jours (950 personnes).

À quelques semaines des élections municipales et métropolitaines, le Sytral et sa présidente ont donc soigné leur communication quitte à dépenser des sommes qui peuvent paraître particulièrement élevées.

à lire également
Durant cette période marquée par le confinement et le coronavirus COVID-19, les territoires se retrouvent en première ligne pour apporter des réponses économiques et sociales. Interviewé par Lyon Capitale, le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld aborde les éléments concrets déjà en place, mais aussi ceux à venir comme une plateforme de mise en relation entre les consommateurs et producteurs locaux. Il invite également le maire de Lyon Gérard Collomb à demander des dérogations pour la réouverture de certains marchés, aujourd'hui tous suspendus. 
5 commentaires
  1. Ptit Louis - 23 janvier 2020

    Encore une bonne raison pour justifier l'augmentation du ticket...

  2. Galapiat - 23 janvier 2020

    il serait temps soit de mettre les vœux à la charge perso de ceux qui organisent, plus simple de les supprimer, après tout c'est simplement une cérémonie de faux ... uniquement pour paraitre . Certaines mairies font pire , plus d'amuses gueulles à base de Nourrain. !! devinez pourquoi ? Donc, je n'y assiste plus , avec quelques voraces on se fait un bouchon pas question de faire peter la miaille à ces grouillots.

  3. psl - 23 janvier 2020

    financement publique implique gaspillage. si le Sytral ne percevait pas de subventions, la gestion serait saine.

  4. JANUS - 23 janvier 2020

    Et en même temps toujours pas d'abribus sur la ligne C3 entre Totems et Thiers Lafayette Lyon 6° !

  5. raslebol69 - 23 janvier 2020

    Encore un dérapage après l'affaire des 800 carnets avec une citation de la présidente du Sytral (un petit livre rouge qui en rappelle un autre)... Et elle est une des grandes protégées de Collomb!

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut