Lyon-Turin : Perben contre-attaque

Présent à la réunion de Matignon le 30 Juillet, Dominique Perben conteste les propos de Gérard Collomb pour qui l'Etat ne tient pas sa parole.

L.C.Va-t-il manquer 200 millions pour financer le Lyon-Turin ?

D.P. Monsieur Collomb fait de la polémique et ne connaît pas son dossier. Sur la partie internationale, l'Etat a bien demandé un financement de 750 millions. Pour la partie purement française (les 200 millions), le commisaire européen Jacque Barrot a fait savoir qu'il ne pouvait pas y de subvention de l'Europe selon les critères budgétaires de l'Union. C'est pour cela que le gouvernement n'a pas présenté de dossier. On pourra quand même demander une partie des finacements annuels, mais seulement au début des travaux, vers 2013.

Le projet va-t-il prendre du retard ?

Non. Ce qui rend le processus irréversible, c'est le financement de la partie internationale. Grâce à cela les italiens ont déjà commencé les travaux. D'ici à 2010, on a largement de quoi financer ce qui est à faire, à savoir essentiellement des études.

Propos recueillis par P.G.

à lire également
Dominique Perben © tim douet
Défait par Gérard Collomb en 2008, Dominique Perben, qui est passé En Marche depuis, aura son mot à dire sur les investitures lyonnais de LREM pour 2020. Il fait partie de la commission d'investiture qui devra choisir entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. Tout comme Jean-Marie Girier un ancien collaborateur du maire de Lyon qui a depuis pris ses distances.
Faire défiler vers le haut