(Photo by DENIS CHARLET / AFP)

Lyon : un employé d'un supermarché du 2e arrondissement blessé à coups de couteau

Un employé d'un supermarché Franprix rue Sala dans le 2e arrondissement de Lyon a été blessé à coups de couteau ce mercredi matin. Suite à un différend avec deux femmes quelques instants plus tôt.

Un employé d'un supermarché Franprix rue Sala dans le 2e arrondissement de Lyon a été blessé à coups de couteau ce mercredi matin, suite à un différend avec deux femmes quelques instants plus tôt.

L'homme a été transporté à l'hôpital. Les deux femmes ont été interpellées quelques instants plus tard. Elles ont été placées en garde à vue.

5 commentaires
  1. JANUS - mer 2 Sep 20 à 18 h 04

    2 femmes. Serait-ce celles qui auraient agressé une boulangère en banlieue ?

  2. JANUS - jeu 3 Sep 20 à 9 h 54

    Sans surprise avec les politiques menées depuis plusieurs décennies !

  3. JANUS - jeu 3 Sep 20 à 9 h 54

    "Abolition de la monnaie" pourrait pas nous donner sa solution !

    1. Abolition_de_la_monnaie - jeu 3 Sep 20 à 12 h 50

      😀

      d'abord, comprendre ce qu'il se passe dans la tête de ces personnes.
      Probablement un "effet de groupe" (oui, ça commence à deux... on se sent supérieur au reste du monde car on est deux face à 1 autre personne),
      ensuite, bien leur faire comprendre que la violence n'est pas "glorieuse" (contrairement à ce que nous fait croire la culture (américaine des supers héros / ou Historique avec ceux qui gagnent parce qu'ils frappent plus fort), mais que la violence est issue d'une frustration mentale momentanée. Autrement, l'inverse de la puissance. Amusant paradoxe non ? 🙂

      Ensuite, quel est "l'avenir" de ces personnes (à leurs yeux) ? C'est quoi leur perspective ? Sont-elles conscientes qu'elles seront toujours rejetées si elles agissent ainsi ? Quelle est leur définition du bonheur ? Leur définition est-elle adaptée à la réalité ou un fantasme ? Est-ce qu'elles ont une possibilité d'être "des individus respectables" c'est à dire d'avoir une "fonction reconnue et appréciee" dans la société ? Quelle est leur formation ? Si elles ont une formation, auront-elles un job ou seront-elles quand même au chômage ?

      Bref,
      tout un tas de paramètres bien plus complexes que de dire "c'est la faute à machin si ça ne fonctionne pas". 🙂

  4. rouge-vert-noir - jeu 3 Sep 20 à 14 h 44

    Abolition. Qui doit comprendre ce que ces personnes ont dans leur têtes ? Qui doit les ''analyser'' ? La police doit elle jouer ce rôle ?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut
Pub Akcelo