Arthur, le jeune homme de 23 ans tabassé par des policiers lors de la manifestation du 10 décembre 2019 à Lyon © Bastien Doudaine

Lyon : un homme tabassé par des policiers mardi, lors de la manifestation

Arthur, un jeune homme de 23 ans s'est fait briser la mâchoire supérieure et sept dents par des policiers place Bellecour, lors de la manifestation contre la réforme des retraites à Lyon.

Manifestation du 10 décembre 2019 © Bastien Doudaine

Mardi midi, alors que la manifestation contre la réforme des retraites se dispersait, Arthur, jeune homme de 23 ans, de passage à Lyon a été roué de coups par des policiers. Sa venue entre Rhône et Saône ne devait être qu'une escale avant de rejoindre son emploi saisonnier dans un Club Med d'une station alpestre. Alors qu'il quitte le domicile d'un de ses amis, il croise le chemin du cortège qui s'était élancé quelques heures plus tôt de la place Jean Macé.

Bastien Doudaine, médecin et photographe indépendant, qui nous a contacté, a assisté à ces événements par hasard. “J'étais en train de m'éloigner de l'endroit ou il y avait le canon à eau près de la rue de la Répbulique. En partant, j'ai vu des policiers qui se sont mis devant le kiosque un peu plus loin après le magasin de photos. C'est à ce moment que j'ai vu un jeune homme se faire prendre par le manteau alors qu'il passait à côté de ces policiers”.

Manifestation du 10 décembre 2019 © Bastien Doudaine

La scène est alors plus confuse que ses clichés. “Ça a été très rapide, moins d'une minute. Il a été alpagué. S'est fait traîner par terre. Puis un policier avec une arme très imposante m'empêchait involontairement de prendre des photos. On ne voyait pas bien, mais on sentait que quelque chose se passait. Les pieds d'Arthur dépassaient derrière une rangée de flics qui agissaient comme un bouclier visuel. Puis d'un coup ils sont tous partis. Arthur était seul sur le trottoir. Hébété. Le visage et les mains en sang”, narre Bastien qui ne connaissait pas la victime avant ces événements. 

Un coup de matraque dans les dents comme un coup droit de tennis

Manifestation du 10 décembre 2019 © Bastien Doudaine

Arthur lui raconte à nos confrères de Rue89Lyon avoir été pris dans une tornade de violence. “Tout s’est passé très vite, je n’arrive toujours pas à comprendre. Je me suis senti attraper par-derrière, par la capuche. J’ai reçu un coup de poing à l’arrière de la tête puis j’ai reçu un coup de matraque au visage, en plein dans la bouche. Il m’a été donné comme un coup droit au tennis, de bas en haut. Le policier y est allé avec toute sa force. Puis j’ai été mis à terre, j’ai reçu plusieurs coups de poing. Quand ils ont fini par arrêter, un autre CRS est venu me donner un coup de pied dans le genou en me disant ‘bien fait pour ta gueule”. Bilan, le jeune homme souffre d'une fracture de la mâchoire et a sept dents cassées. 

Les circonstances de ce passage à tabac restent encore floues. Arthur dit ne pas comprendre pourquoi il a été pris pour cible. Bastien explique avoir entendu un militant CGT “engueuler” un homme qui portait un sticker du même syndicat en lui disant “On ne fait pas ça à la CGT”, comme s'il venait de dire quelque chose aux forces de l'ordre. “J'ai l'impression qu'Arthur passait au milieu et je n'ai pas vu s'il a dit quelque chose”, raconte le médecin. Puis d'ajouter : “Mais, quoi qu'il ait dit, s'il a dit quelque chose, rien ne mérite ce qu'il a subi. Si vraiment il les a insultés, il fallait lui passer les menottes, pas le tabasser”. Arthur devrait déposer plainte aujourd'hui.

Manifestation du 10 décembre 2019 © Bastien Doudaine

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut