Impôts
cc

Lyon, Villeurbanne, Vénissieux dans le top dix des augmentations d'impôts

Les villes de Lyon, Villeurbanne, Vénissieux et Vaulx-en-Velin font partie du top 10 des communes de plus de 50 000 habitants où les impôts ont le plus augmenté entre 2014 et 2018.

Le journal Capital et l’association Contribuables associés ont dressé un tableau de l'augmentation des impôts locaux dans les 155 villes de plus de 50.000 habitants. Un classement dominé par la ville de Cayenne où les impôts locaux ont augmenté de 66 % entre 2014 et 2018. Lyon, figure dans le top 10 (+35 %, 6e), tout comme Villeurbanne (+46 %, 3e), Vénissieux (+40 %, 5e) et Vaulx-en-Velin (+29 %, 9e).

À Lyon, les impôts locaux par habitant en 2018* étaient de 965€ selon le journal. Le 13e montant le plus élevé de France.

En janvier dernier, la ville de Lyon a adopté les taux d'imposition pour la taxe d'habitation et la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Ces taux n'ont pas bougé et ont été fixés à 22,15 % pour la taxe d'habitation, 18,23 % pour la taxe foncière sur les propriétés bâties et 19,97 % pour la taxe foncière sur les propriétés non bâties. Ces impôts rapporteront 360 449 500€ selon les prévisions.

Maj le 25/02 - suite à cette publication, les villes de Vaulx-en-Velin et Vénissieux nous ont adressé ses précisions : 

“La ville de Vaulx-en-Velin tient à apporter des éléments d'explication sur la fiscalité locale sur le territoire, et notamment revenir sur le chiffre annoncé de 29 % de hausse de la fiscalité sur le territoire. En effet, sur la période 2014-2018, la fiscalité locale sur le territoire a tendanciellement diminué de 1,5 % par an, et la ville n'a pas modifié les taux d'imposition. Ceci est d'ailleurs repris dans la fiche individuelle de la ville produite l'association Contribuables et associés. Aucun vaudais n'a donc connu de telle augmentation sur la période. Ce chiffre de 29 % provient d'un changement de périmètre dans la prise en compte des recettes fiscales du territoire : l'année 2014 ne comprend pas la part départementale de taxe foncière, qui a été transférée à la Métropole suite à la loi MAPTAM, à compter de l'année 2015. En 2018, cette part départementale de taxe foncière est comprise dans les recettes de la Métropole, ce qui augmente facialement le volume des recettes fiscales du bloc communal, alors même que la pression fiscale est restée inchangée sur le territoire. Cette erreur vaut pour les autres villes de la Métropole (Lyon, Villeurbanne et Vénissieux), qui n'ont pas connu des augmentations aussi importantes que celles annoncées dans l’article.”

“Cette comparaison relève d’un non-sens méthodologique. En effet, les périmètres de produits fiscaux des deux années de référence ne sont pas les mêmes. (...) Or dans vos données, ce transfert de produits fiscaux n’a pas été retraité. Une part de fiscalité est prise en compte sur l’année 2018 alors qu’elle ne l’est pas sur l’année 2017. De ce fait, une importante variation apparaît pour les 3 communes de la métropole de plus de 50 000 habitants. Bien évidemment dans les faits, aucun Vénissian n’aura constaté d’augmentation de ses impôts locaux de 40 % entre 2014 et 2018”.

5 commentaires
  1. Galapiat - 13 février 2020

    Patientez, après la suppression de la taxe d'habitation payée par l'occupant , va arriver la nouvelle Taxe Foncière payée par les propriétaires, dès 2024, semblable à l'existante mais multipliée par 4.

  2. JANUS - 13 février 2020

    Petit rappel peu connu.Le bouclier fiscal de Sarkozy permettait aux foyers non imposés d'être exonérés de la taxe d'habitation et cela pendant les 5 ans de son mandat. A l'arrivé de Flanby socialiste et du ministre de l' économie, le futur Jupiter, cette disposition avait disparu. Cherchez l'erreur !

    1. pierrot38 - 14 février 2020

      Soit vous confondez avec une autre mesure, soit vous vous trompez, sur au moins 2 points.
      Premièrement : Le bouclier fiscal concernait les personnes qui payent beaucoup d'impôts, et non pas les foyers non imposés. C'est le principe du bouclier : éviter qu'ils payent trop d'impôts. Quelques personnes aux faibles revenus ont pu profiter du bouclier fiscal, mais uniquement ceux qui étaient propriétaires de leur logement. Donc c'est loin de concerner beaucoup de monde.
      Deuxièmement : Le bouclier fiscal a été supprimé par le gouvernement Fillon en Juillet 2011. Vous avez vu l'effet en 2012, mais ce n'était pas une mesure décidée par Hollande.

  3. pierrot38 - 14 février 2020

    Ils sont bien gentils Capital, mais ils n'expliquent pas du tout comment ils font leurs calculs... Est-ce qu'il s'agit de l'évolution pour un même logement, pour le même occupant? Ou bien s'agit-il d'une moyenne des montants des impôts payés, sans tenir compte des nouveaux logements ni des revenus des occupants??

    Le montant des taxes d'habitation et foncière est calculé à partir de la valeur locative cadastrale. Celle-ci n''est quasiment jamais ré-évaluée pour un même logement (à part une légère augmentation nationale annuelle dont je parlerai + bas). En revanche, pour un logement neuf, elle est forcément très élevée (mais ne sera pas mise à jour avec le temps, d'où la grosse incohérence de ce calcul, avec des logements qui ont des valeurs locatives qui n'ont jamais bougé depuis les années 70, et tous les logements plus récents qui ont une valeur élevée qui ne bougera jamais).
    Donc une ville qui construit beaucoup de logements neufs verra sa taxe moyenne augmenter, sans que les habitants des logements déjà existants ne voient d'augmentation qui les concerne...

    Ensuite, les montants des taxes sont plafonnées en fonction des revenus des occupants... Est-ce que l'enquête tient compte de cela? Ou bien, vu les prix des logements qui explosent, ce sont les plus favorisés qui habitent à Lyon, ce qui veut dire qu'ils ont une taxe d'habitation plus élevée.

    Enfin, en ce qui concerne l'augmentation réelle pour un même logement, elle est définie d'une part au niveau national, par un coefficient forfaitaire, qui permet d'augmenter chaque année la valeur locative cadastrale (de l'ordre de 1% chaque année), mais celle-ci est bien nationale. Donc pas d'écart entre les villes. En revanche, la marge de manoeuvre des communes est fixée au niveau du taux voté chaque année par les communes. C'est ce seul taux qui permet de voir si, pour un même logement et un même occupant, la taxe augmente chaque année ou pas... Et quand on regarde l'évolution de ce taux, il n'a pas vraiment augmenté ces dernières années. Voir les liens ci-dessous....

    Donc l'article mériterait un peu + de précision...

    Situation avant 2014 :
    https://www.proxiti.info/taxe-fonciere.php?o=69259&n=V%C3%A9NISSIEUX
    http://www.proxiti.info/taxe-habitation.php?o=69259&n=V%C3%A9NISSIEUX
    https://www.proxiti.info/taxe-fonciere.php?o=69266&n=Villeurbanne
    https://www.proxiti.info/taxe-habitation.php?o=69266&n=Villeurbanne
    https://www.proxiti.info/taxe-fonciere.php?o=69123&n=LYON
    https://www.proxiti.info/taxe-habitation.php?o=69123&n=LYON

    Situation + récente :
    https://tst.lyoncapitale.fr/actualite/lyon-comment-vont-evoluer-les-impots-locaux-en-2020/
    https://www.tacotax.fr/guides/impots-locaux/taxe-fonciere/methode-de-calcul
    https://quelles-dates.fr/taxe-habitation-lyon-69/

  4. CoeurdeLyon - 14 février 2020

    Habitant Villeurbanne ,je me vois surpris par ces % annoncés par " Lyon-Capitale" . Tous ces chiffres sont faussés par une mauvaise explication du média (assez respectueux) de l'info . Reportez vous aux commentaires de "Pierrot38" qui en explique le pourquoi et le comment .

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut