Manif : 400 anti-sako et autant de policiers

Et pour cause : le rassemblement avait été autorisé. Du coup, tout le long du parcours, connu à l'avance, un impressionnant dispositif policier a été déployé. Une banderole à la tête du cortège rappelait les nombreuses arrestations des jours précédents en demandant l'amnistie pour toutes ces personnes. En queue de cortège, costumes et tailleurs défilaient pour une "Manif de droite". Regroupés dans le Collectif artistique anti-sarko (le Caas), ces manifestants entendent dénoncer, sur le mode du second degré, la politique des gouvernements de droite. On pouvait entendre : "la BAC dans toutes les facs" ou encore "nos profits valent plus que leur vie".

à lire également
Pierre-Yves Gomez © Antoine Merlet
Pierre-Yves Gomez est économiste, essayiste et professeur à l’EM Lyon, où il dirige l’Institut français de gouvernement des entreprises. Dans L’Esprit malin du capitalisme (Desclée de Brouwer, 2019), il montre comment le capitalisme s’approprie tous les aspects de notre existence et dans quelle mesure il influence nos modes de vie. Entretien.
Faire défiler vers le haut