Manif pour tous : un élu dit avoir été “poussé et gazé”

Le conseiller régional Patrick Louis souhaite porter plainte. Il affirme avoir été violemment poussé et gazé par des policiers, alors qu'il assistait dimanche 23 juin à une manifestation en soutien à Nicolas B, un jeune homme arrêté en marge d'une manifestation hostile au mariage gay en mai dernier.

C'est au moment où la foule a commencé à se disperser, vers 20h15, ce dimanche 23 juin, que Patrick Louis, conseiller régional (UDC) et secrétaire général du Mouvement pour la France – parti politique fondé par Philippe De Villiers –, a vu les CRS se déplacer et lui "bloquer soudainement la route", affirme-t-il.

Dans un communiqué, l'homme explique qu'il souhaitait rejoindre sa femme, passée sans encombre, et sa moto pour rentrer chez lui. Il aurait alors, selon lui, reçu un violent coup de bouclier "sans qu'aucun motif lui soit opposé". La victime indique ensuite avoir tenté de passer contre le mur, là où il y avait de la place. C'est alors que les CRS l'auraient gazé à la bombe lacrymogène à quelques centimètres de son visage.

Patrick Louis entend porter plainte pour atteinte à la liberté fondamentale de circulation et pour usage abusif de la force publique. Il dénonce la "brutalité infondée et illégitime des forces de police".

Pour rappel, la manifestation avait pour but de marquer son soutien à Nicolas B., un jeune étudiant interpellé à Paris, en marge de la manifestation contre le mariage gay du 26 mai dernier. L'homme a été condamné à deux mois de prison ferme.

à lire également
Marion Maréchal-Le Pen, aux Assises du FN, en février 2017, à Lyon © Tim Douet
L’école de sciences politiques de Marion Maréchal-Le Pen ouvrira ses portes en octobre prochain, face à l’hôtel de région. Une expérience présentée comme apolitique et estampillée “vie civile” pour l’ex-députée, qui veut occuper le champ culturel. Et infiltrer au passage les réseaux économiques locaux.
5 commentaires
  1. Sophie_Lyon - 24 juin 2013

    Je crois qu'il faut cesser de relayer le moindre propos délirant des anti mariage, je comprends que celà génère du flux mais ça devient ridicule. Beaucoup d'associations très utiles aimeraient certainement avoir autant de pub dans les médias que les anti mariage qui ne représentent qu'une très petite minorité de lyonnais. D'ailleurs, je vais m'appliquer le principe à moi même: cesser de commenter et de lire les articles concernant les anti mariage, j'invite les lecteurs à faire de même.

  2. Myerss69 - 24 juin 2013

    Propos delirant? Les pays du monde pratiquant le mariage homo, SONT EUX,par contre, une tres petite minoritée... Le mariage est passer dans le forcing mettant a mal l opinion du peuple... Pas Joli joli pour ce que represente les principes democratique que represente la France dans le monde. D' ailleur il me semble qu avant Hollande tous les votes elitique concernant le mariage homo etaient negatif a la tres grande voir totale majoritée...

  3. rémi - 24 juin 2013

    Tout à fait d'accord avec Sophie_Lyon, aucune discussion n'est possible avec des exaltés qui sont en guerre contre la démocratie et davantage surtout contre la République. Donc moi aussi je ne commenterai plus ce genre d'articles.

  4. gercg - 25 juin 2013

    Non, vous n'avez pas fini d'entendre parler de nous. Le débat n'est même plus le mariage homo. C'est la liberté d'expression aujourd'hui le problème. Ce n'est pas le premier élus qui se fait malmener depuis le début du mouvement. Au moment des débats sur cette loi, des crs on même empêché plusieurs élus qui avaient leur carte de député de rentrer dans l'assemblée nationale. De gauche ou de droite c'est le dernier de mes soucis. Mais le système est bloqué, il va bien falloir faire quelque chose!

  5. figole - 25 juin 2013

    Au Brésil la présidente Dilma Rousseff propose un référendum....que de sagesse. Si ça se trouve en plus ça serait passé....mais nul ne le saura...en attendant on met en prison les opposants...c'est plus simple.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut