Sur la place Bellecour, après le tir de de bombes lacrymogènes par les CRS. ©Flora Chaduc

Manifestation à Lyon : un samedi après-midi sous haute tension à Bellecour

La situation a été très tendue toute l'après-midi place Bellecour (Lyon 2e) et autour de la place, en marge de l'acte 69 de la mobilisation des Gilets jaunes. Des policiers ont été blessés, des banques dégradées.

La situation a été très tendue toute l'après-midi place Bellecour (Lyon 2e) et autour de la place, en marge de l'acte 69 de la mobilisation des Gilets jaunes.

Les forces de l'ordre sont intervenues en utilisant à de nombreuses reprises des gaz lacrymogènes et ont fait face à de petits groupes très déterminés. "Des individus très violents", d'après La Préfecture. Des blacks blocs étaient notamment présents. La confusion et la tension ont régné autour de la place entre 14h et 18h.

Quatre personnes interpellés, deux policiers blessés

A 18h, quatre personnes avaient été interpellées et deux policiers blessés, dont un blessé à la main par un jet de pavé.

Deux banques de la très commerçante rue Victor-Hugo ont également été dégradées.

La station de métro Bellecour est restée fermée une bonne partie de l'après-midi.

Des masques achetés en pharmacie...qui n'a pas le droit d'en vendre

Certains manifestants avaient également des masques, donc certains achetés dans une pharmacie du centre-ville de Lyon à des prix très au-dessus du marché. Une pratique d'ailleurs désormais interdite puisque par un arrêté paru au Journal officiel ce mercredi, le gouvernement a interdit la vente de masque en pharmacie sans ordonnance.

Un particulier sans ordonnance ne peut pas  obtenir de masque en pharmacie. " On ne peut pas en acheter puisque nous avons donné des instructions aux officines de pharmacie pour qu'elles ne distribuent des masques que sur prescription médicale ou qu'aux professionnels de santé", a expliqué mercredi la porte-parole du gouvernement.

2 commentaires
  1. raccoon - 8 mars 2020

    Et sinon a part recopier le communiqué de la préfecture sans même mentionnner les blesse grave (évacué par les pompiers) vous ne vallez pas mieux que le progrès, sommet du journalisme de préfecture,
    Et non il n y avait pas de "black bloc " aujourd'hui hui

  2. renaud pierre - 8 mars 2020

    Cher Anthony . Si d'aventure vous vous intéressiez à la carrière, tout à fait passionnante, de journaliste, je me permets en modeste lecteur de vous donner deux menus conseils : Le premier est peut être de faire un article par sujet car l'entremêlement du récit d'une manifestation et celui des recommandations du gouvernement quand à la vente de masques en pharmacie est quelque peu surréaliste. Par ailleurs, si vous ne souhaitez pas accentuer une défiance assez large de la population vis à vis de la presse, il pourrait être bon de ne pas recopier texto les communiqués de la préfecture de police et de vous rendre sur le lieux. Qui sait, peut être alors, seriez vous tenté d'évoquer également la mâchoire fracturé d'un adolescent suite au tir tendu d'un LBD par la police ? Peut être même cette information, comme celle des 5 autres blessés pris en charge par les pompiers, prendrait elle au moins autant d'importance que les destructions de vitrines de banque qui ont eu lieu à un autre moment de la manifestation. Un peu plus d'informations ici par exemple : https://www.rue89lyon.fr/2020/03/08/acte-69-des-gilets-jaunes-a-lyon-au-moins-44-blesses-dont-un-lyceen-a-la-machoire-fracturee/

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut