Mercier et Berra au gouvernement

Il est désormais ministre de l'Espace rural et de l'aménagement du territoire. Autre nomination, celle de Nora Berra comme secrétaire d'Etat chargée des Aînés.

C'est désormais officiel. Il y aura bien deux lyonnais dans le gouvernement Fillon III. Mais pas forcément ceux auxquels tout le monde pensait en ce mardi qui est devenu totalement fou. Le petit remaniement est devenu un grand chambardement. Et Nora Berra, loin du débat semble-t-il ce matin, s'est finalement retrouvée secrétaire d'Etat en charge des Aînés. Un portefeuille qui permet aussi à Nicolas Sarkozy de féminiser son équipe et d'incarner la diversité. Pour Michel Mercier, le choix est moins surprenant tant son nom revenait avec insistance depuis un an. Attendu à l'Agriculture, l'Education nationale ou le Logement, il a finalement hérité d'un ministère nouveau l'Espace rural et l'aménagement du territoire. Une surprise ? Pas tant que ça. Lundi, lors du Congrès à Versailles, dans son intervention, il avait annoncé : " qu'il ne faut pas laisser le pays rural de côté ". Il va pouvoir transformer ses paroles en actes. Dans son domaine de compétence de ministre, il devra aussi chapoter les questions d'aménagement du territoire.

Dominique Perben a, lui, refusé d'entrer au gouvernement

Drôle de tournure des évènements. C'est en effet l'ancien candidat UMP aux municipales à Lyon qui a propulsé Nora Berra sur le devant de la scène politique. D'abord en la bombardant tête de liste dans le huitième arrondissement puis en militant pour la placer en position éligible lors des européennes. Un pari réussi mais qui lui coûte une place dans le gouvernement Fillon III. Pour ce remaniement, il fallait donc jouer, à Lyon, la carte de l'ouverture incarnée par le MoDem Michel Mercier et celle de la féminité et de la diversité de Nora Berra.

Réaction de Michel Mercier au micro de France Info : " Je ne sais pas si je représente l'ouverture mais je suis centriste et je continuerai à l'être. J'arrive au gouvernement avec ma personnalité, mes valeurs, mes références démocrates-chrétiennes. Je ne suis pas allé me vendre auprès de Nicolas Sarkozy et de François Fillon. Ils connaissent depuis longtemps et savent ce que je peux faire (...) (A propos de son ministère) Je suis élu d'un canton rural dans le Rhône et je ne crois pas en une France divisée en deux. Partout on doit pouvoir accès aux écoles, aux standards modernes comme internet. Il faut permettre à ceux qui vivent dans les milieux ruraux de ne pas être déconnecté du monde ".

Paul Terra

à lire également
Dominique Perben © tim douet
Défait par Gérard Collomb en 2008, Dominique Perben, qui est passé En Marche depuis, aura son mot à dire sur les investitures lyonnais de LREM pour 2020. Il fait partie de la commission d'investiture qui devra choisir entre Gérard Collomb et David Kimelfeld. Tout comme Jean-Marie Girier un ancien collaborateur du maire de Lyon qui a depuis pris ses distances.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut