Le Grand Large, à Meyzieu ©PHOTOPQR/LE PROGRES/PHILIPPE JUSTE [Photo via MaxPPP]

Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Meyzieu

Avec environ 34 000 habitants, Meyzieu est la 8e commune la plus peuplée de la Métropole de Lyon. Quels sont les projets pour la commune de l’est lyonnais en 2021 et ces prochains mois ? Décryptage avec le maire, Christophe Quiniou.

Après Rillieux-la-Pape (lire ici), Vaulx-en-Velin (lire ici), Caluire-et-Cuire (lire ici), LyonCapitale.fr s’arrête à Meyzieu. La commune de l'est de la Métropole compte 34 000 habitants, avec un gain de 3 000 habitants en 5 ans et de 5 000 en 10 ans.

Quels sont les défis de demain pour Meyzieu ? Eléments de réponse avec le maire LR de la commune, Christophe Quiniou.

Meyzieu n’avait pas de lycée…et va bientôt en avoir deux ?

CHRISTOPHE QUINIOU. Oui, un lycée privé « Les Maristes » ouvre en septembre 2021. Et le lycée public en 2023, avec une grosse capacité (plus de 1000 élèves). C’est un très gros lycée où on pourra facilement accueillir tous les lycéens de Meyzieu, un lycée qui sera à côté du centre aquatique. Meyzieu n’avait pas de lycée.

Meyzieu, aujourd’hui, c’est 34 000 habitants. On construit, mais de manière raisonnée. Meyzieu a une particularité, elle a énormément grossi dans les années 60. On est désormais dans une phase de renouvellement. Avec des familles qui ont acheté dans les années 60-70 et qui revendent aujourd'hui à des familles plus nombreuses. On accueille beaucoup d’habitants de cette manière. Après, on construit mais on ne construit pas énormément. On construit aussi une nouvelle école, avec deux objectifs : compenser l’accroissement de la population au centre-ville et remplacer un bout d’école qui va être déconstruit, l’école de la Jacquière qui est vieillissante. On espère une ouverture pour 2023. C’est une grosse école, avec 20 classes.

La ville est la 3e  plus grande ville de l’agglomération, en terme de surface, derrière Lyon et Saint-Priest, avec 2200 hectares. Le tiers de Meyzieu est en espace naturel.

Le tramway a vraiment désenclavé la ville ?

Elle était désenclavée avec la rocade, le tram a donné une accessibilité mode doux – transports en commun en 2006 à la commune. Cela a complètement changé la perception de la proximité avec Lyon. On est plus proches en temps de la Part-Dieu depuis Meyzieu que depuis certains arrondissements de Lyon.

Aujourd’hui, de plus en plus de Lyonnais viennent s’installer à Meyzieu ?

Oui. Encore plus depuis le confinement. La volonté de beaucoup est de ne pas être en pleine ville mais pas forcément de basculer non plus dans le rural, le mi-chemin est recherché. Pouvoir habiter en maison mais tout en étant lié à la ville-centre avec un transport en commun. L’entre-deux est la bonne solution pour beaucoup.

Christophe Quiniou Autre Direct
Christophe Quiniou, le maire de Meyzieu © Tim Douet

Quid de l’évolution des voies cyclables dans la ville ces prochains mois ?

On a de la chance, on a déjà deux voiries structurantes de très belle qualité : l’anneau bleu et la piste cyclable le long du tram. Un cycliste régulier, que je suis (rires), atteint la Part-Dieu en 40 minutes. Sans être un grand sportif. Sur la liaison Meyzieu – Part-Dieu, il y a quelques points noirs sur la ligne existante à améliorer mais il n’y a pas nécessité de créer un réseau cyclable spécifique puisque il existe déjà. Là où on a besoin de meilleures connexions, c’est sur les liaisons nord-sud, pour les personnes qui vont travailler à Genas par exemple.

Comme on va avoir le futur lycée (le lycée public prévu pour 2023), il y aura une nouvelle station de tram à proximité. Le but, c’est d’en faire un pôle multimodal et on travaille sur la connexion avec Jonage. Pour permettre aux lycéens d’aller au lycée en toute sécurité. Car les lycéens de Jonage iront au lycée à Meyzieu. L’objectif, c’est que ça soit fini pour l’ouverture du lycée en 2023.

Il y a actuellement 3km entre Meyzieu-Gare et Meyzieu ZI, les deux arrêts de tram. Un nouvel arrêt a été validé par le Sytral, il permet de desservir le futur lycée, la Zone industrielle de l’autre côté, le centre aquatique qui draine bien au-delà de Meyzieu, l’académie de l’OL. C’est aussi un arrêt plus proche du centre-ville que celui de la gare. Ca maille le quartier, ça maille la ville.

Le projet d’une place de centre-ville est à l’étude ?

On est bien équipés en terme d’équipements à Meyzieu, ce qu’on cherche c’est à renouveler. On a un gros travail de renouvellement de nos petits espaces commerciaux de proximité, on aimerait faire du renouvellement urbain, à la fois de l’habitat et des commerces de proximité. Avec des commerces en bas et de l’habitat au-dessus. Et puis, dans nos grands projets, nous avons la création d’une nouvelle place de centre-ville, entre la médiathèque et l'ancien hôtel. On n’a pas un lieu identifié à Meyzieu. C’est ce qu’on a demandé en priorité à la Métropole de Lyon sur les investissements. Faire une belle place, avec une halle couverte pour le marché. Un espace qui s’intègre au cœur de la ville.

Plusieurs projets de prolongation de lignes de métro sont à l’étude dans la Métropole de Lyon. Notamment la prolongation de la ligne A vers Décines et Meyzieu. Quelle est votre position sur le sujet ?

On est favorables car si la ville continue de se développer, le tram sera saturé. Et un transport lourd est nécessaire, notamment pour desservir la zone de l’OL Vallée (à la limite entre Décines et Meyzieu). Ce qu’ont montré les études du Sytral, c’est qu’un métro « tiré » jusqu’à Meyzieu ne viendrait pas en concurrence du tram et serait vraiment complémentaire. Dans l’esprit, il y aurait un « faisceau nord » avec le tram, et un « faisceau sud » avec le métro.

Mais si on « tire » un métro, c’est aussi un support à l’urbanisation. Si on met un métro à Meyzieu, il faut accepter que Meyzieu prenne encore beaucoup d’habitants. Le Meyzieu actuel n’a pas besoin de métro. S'il y a un métro, ça veut dire qu’on accepte que Meyzieu prenne 10 000 habitants de plus.

La crainte après, c’est ce qu’on observe pour le tram T3 qui arrive en bout de ville, en bordure d'agglomération. On a du coup une attractivité énorme pour les autres territoires et le métro certes profiterait à la ville mais participerait aussi à un étalement urbain très important. Se garent aujourd’hui à Meyzieu ZI des habitants de Niévroz, de Montluel etc. On est sur une couronne très large. Il ne faut pas non plus que le développement des transports en commun aboutisse à une aggravation de l’étalement urbain.

J’ai échangé avec le président du Sytral (Bruno Bernard). Pour l’instant, la stratégie est de développer les transports en commun en hyper-centre mais surtout pas de créer des têtes de pont en bord d’agglomération. C’est très compliqué d’expliquer ça car on n’arrête pas de dire : « il faut faire des transports en commun avec des parkings relais pour que les voitures ne rentrent pas (dans le centre) ». En faisant ça, on génère des erreurs d’urbanisme qui sont de favoriser l’étalement urbain. Or, c’est ce qu’il faut éviter. Techniquement, oui il y a besoin d’un métro parce que tous les habitants de Meyzieu ne pourront pas venir travailler à Lyon seulement avec le tram mais il faut aussi penser aux conséquences.

Une ligne de transport par câble est aussi à l’étude entre Rillieux et le Grand-Large, à Meyzieu…

Cette ligne-là, on en parle depuis plus de 10 ans. Je pense que le transport par câble est un moyen de déplacement très intéressant. Il a de multiples raisons d’être vertueux. C’est rapide à mettre en œuvre, ça nécessite assez peu d’infrastructures, c’est aussi une installation réversible. Si un jour le transport par câble ne fonctionne pas, on peut très bien l’enlever. Et ça permet de résoudre un certain nombre de points techniques, les contraintes de topographie, le survol de réseaux routiers. Mais il y aussi des contraintes. Le survol d’habitations, le bruit en journée etc

On était favorables avec un certain nombre d’élus pour dire : si on doit implanter un transport par câble dans la Métropole de Lyon, implantons déjà un faisceau vers le Grand Large, ce qui permettrait de passer au-dessus du Grand Parc (de Miribel-Jonage), ce qui d’un point de vue touristique est sympa et joli. Cela permet aussi de profiter des infrastructures du Parc, notamment les grands parkings qui ne servent à rien la semaine, ils peuvent être des parkings relais pour les gens qui arrivent de l’A42 (de l’autoroute de Genève et de Bourg-en-Bresse). Ca permet d’empêcher les voitures de rentrer (dans la Métropole), de donner un point de connexion. C’est un projet intéressant, il y a plus de points positifs que négatifs au Grand Large. Et comme il n’y a pas de survol d’habitations, on évite un certain nombre de problèmes.

Prochain rendez-vous : Ecully

 

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Rillieux-la-Pape

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Vaulx-en-Velin

Lire aussi : Métropole de Lyon - Horizon 2021 : ce qui va changer cette année à Caluire-et-Cuire

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut