Le maire de Grigny, Xavier Odo. ©G. Moulin Photographies

Métropole de Lyon : le maire de Grigny "frappé au visage" sur la place du marché de sa commune

Dans un message posté sur ses réseaux sociaux, le maire de Grigny Xavier Odo a dénoncé avec colère l’agression dont il a été victime ce jeudi 17 février alors qu’il était en déplacement sur le marché de sa commune. Deux agents municipaux et un autre élu ont également été menacés par un homme armé d’un couteau, il a été arrêté.

Après l’agression du maire du 8e arrondissement Olivier Berzane, victime d’un jet de bombe à eau le 4 février, un autre maire de la Métropole de Lyon a été malmené jeudi 17 février en fin de matinée. Dans un message publié sur ses réseaux sociaux, le maire de Grigny (LR) dénonce avoir été victime "d’une abjecte agression sur la place du marché". Alors qu’il échangeait avec des habitants de sa ville, il semble que Xavier Odo ait été pris à parti par un homme et qu’après avoir essayé de dialoguer avec lui, comme il le rapporte, ce dernier l’a "violemment frappé au visage", "sans aucune raison apparente". 

Lire aussi : Lyon : Olivier Berzane, maire du 8e arrondissement, agressé par deux hommes dont un déguisé en Dalton

Un homme armé d'un couteau

L’homme en question, qui selon le maire "était porteur d’un couteau", aurait ensuite insulté et menacé de mort l’édile, un autre élu et deux agents municipaux avant d’être interpellé par les forces de l’ordre. Il apparaît que le suspect était déjà connu des services de la ville qui l’avaient "accompagné, et ce depuis de nombreuses années sur plusieurs sujets", précise l’édile de la commune située au sud de Lyon. Il aurait également déjà fait l’objet de plaintes pour des dégradations et l’agression d’agents municipaux. 

Ce n’est pas la première fois que Xavier Odo est la cible de menaces, au mois d’octobre 2020 il avait vu son domicile être recouvert de tags menaçants. Sur ses réseaux sociaux, le maire dit attendre "que la Justice fasse son travail pour protéger les agents communaux, les citoyens et les élus, victimes des dérives d’un petit nombre d’individus, souvent défavorablement connus des services de police". 

Les agressions d'élus en hausse de 47% en France en 2021

À la suite de cette agression il a reçu le soutien de plus maires ou députés de Lyon et du Rhône, parfois eux-mêmes victimes de menaces ces derniers mois et qui dénoncent cette nouvelle agression.  

Ces derniers mois les actes de violences et menaces contre les élus ont particulièrement augmenté en France. Fin janvier, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin rapportait que plus de 300 plaintes pour "menace de mort" avaient été déposées par des élus depuis juillet, dont 60 sur les dix premiers jours de 2022. Le ministère de l'Intérieur précisait également qu'au total pas moins de 1 186 élus ont été pris pour cible dans les onze premiers mois de 2021, dont 162 parlementaires et 605 maires ou adjoints victimes d'agressions physiques, soit une hausse de 47% par rapport à 2020.

Lire aussi : 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut