Capture d’écran 2013-04-16 à 16.57.52

Motards versus radars ce mardi soir à Lyon

Les motards s'attaquent aux radars pédagogiques, coupables selon eux de mésestimer les vitesses réelles et d'être trop onéreux. Ils vont signaler par un marquage au sol la présence de radars.

Pour une circulation fluide, évitez ce mardi soir le périphérique, le cours Lafayette ou même la place Bellecour (voir parcours ci-dessous). Les motards promettent de s'en emparer, dans une opération "marquage des radars" qui débutera aux alentours de 19 heures. Le relais rhônalpin de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC 69) mène en effet une guerre coriace aux équipements "pédagogiques". Ces derniers ne font pourtant que signaler la présence de radars fixes qui eux seuls flashent les conducteurs un peu trop portés sur la pédale d'accélération.

Radars pédagogiques : sont-ils fiables ?

Ces appareils se présentent sous la forme de panneaux digitaux, indiquant la vitesse du véhicule passant à proximité (photo ci-contre). Or, selon David Thomas, coordinateur de l'association lyonnaise, les mesures prises par ces radars "faussent les vitesses" relevées. "En moyenne, si vous regardez votre compteur en passant à côté de ces radars, vous verrez que vous êtes en moyenne 5 à 10 km/h en dessous de la vitesse mesurée", assure-t-il. De quoi induire en erreur l'automobiliste - ou le motard - qui se fait sévir quelques mètres plus loin par le vrai radar muni de flashes. De son côté, la préfecture assure que les équipements pédagogiques sont parfaitement "fiables".

Mais ce n'est pas le seul grief pour les motards : la pose et l'entretien de ces machines seraient "extrêmement cher" d'après le militant. Selon le Figaro, ces radars auraient déjà coûtés près de 9 millions d'euros, sans compter les 1200 euros déboursés pour leur entretien. Selon le quotidien, ils seraient même trois plus onéreux que les panneaux basiques.

Valls a annoncé leur disparition

Si les motards sont bien décidés à se faire entendre, c'est que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a annoncé le 13 février dernier, la fin de ce type de matériels pour revenir aux panneaux de signalisation. Seulement, la FFMC n'a toujours pas entrevu de changement.

Face au silence des autorités, les motards énervés ont décidé de prendre les commandes. Depuis plusieurs semaines, ils se chargent eux-même de signaler les radars fixes par un triangle "attention radars" où figure le sigle de l'organisation. Et appellent à une manifestation ce mardi place Bellecour, à 18h30 afin d'aller "marquer" au sol des radars "pédagogiques" de nos routes. Un mode d'action sensiblement le même, avec ue indication à la peinture blanche sur la route, détaille David Thomas.

----

Le parcours des motards



Cette opération "marquage des radars" débutera aux alentours de 19 heures. Le cortège prendra la route en direction du périphérique, en passant par le cours Lafayette, la rue du 4 août et le cours Emile Zola de Villeurbanne. Une halte est aussi prévue sur l'autoroute A7, au niveau de Pierre Bénite. Avant un retour
 place Bellecour vers 21 heures. Le cortège sera encadré tout le long de l'action par les forces de l'ordre. Obligatoire pour peindre au sol, les organisateurs ayant déclaré ce mouvement à la préfecture. Attention donc, des difficultés de circulation sont à prévoir dans ces secteurs, qui plus est à des heures de pointe.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut