L’hôtel de ville de Lyon, place de la Comédie © Eliot Lucas
© Eliot Lucas

Municipales : Pourquoi la course à la mairie de Lyon en 2020 est incertaine

Les 15 et 22 mars 2020, les électeurs lyonnais sont appelés aux urnes pour désigner les 73 membres du conseil municipal (ainsi que les 221 conseillers d’arrondissement). Une élection à la mairie de Lyon très incertaine.

On connaît désormais les principaux candidats à la mairie de Lyon en 2020. Qui veut être maire de Lyon ? Qui veut succéder à Gérard Collomb, maire de la capitale des Gaules depuis 2001 ? Pas Gérard Collomb, déjà, candidat lui à la Métropole de Lyon.

Agnès Marion, (Rassemblement national), Etienne Blanc, (Les Républicains), Denis Broliquier, (Les Centristes), Eric Lafond, (100 % citoyens), Yann Cucherat (probablement En Marche), Georges Képénékian, (En Marche-dissident), Grégory Doucet (EELV), Sandrine Runel (PS) et Nathalie Perrin-Gilbert (divers gauche, soutenue par la France Insoumise), sont les principaux candidats à la mairie de Lyon.

9 élections différentes à l'intérieur de Lyon

L’élection est très ouverte. Déjà par la spécificité du vote lyonnais, la fameuse loi PLM (Paris-Lyon-Marseille), les trois seules villes françaises qui comptent des arrondissements. Lyon compte 9 arrondissements. Il y a donc 9 élections différentes pour désigner les 73 membres du conseil municipal de Lyon. Avec la loi PLM, on peut être minoritaire en voix et majoritaire en nombre de conseillers municipaux. D’un arrondissement à l’autre, les écarts de voix n’ont pas forcément le même poids.

Au niveau de l’arrondissement, le mode de scrutin est identique à celui des communes de plus de 3 500 habitants. Une élection à la proportionnelle avec une prime à la liste arrivée en tête. Cette dernière obtient la moitié des sièges et les sièges restants sont répartis entre les listes qui ont obtenu plus de 5 % des suffrages exprimés.

4 ou 5 maires d'arrondissement de listes différentes ?

Au-delà de la spécificité lyonnaise, l’élection est très ouverte car dans les sondages, les écarts sont très faibles entre certains candidats. Ainsi, on peut imaginer que quatre ou cinq listes différentes empochent des arrondissements, les listes Blanc, Cucherat, Képénékian, Doucet ou encore Perrin-Gilbert. Avec en conséquence un émiettement des conseillers municipaux élus dans chaque liste.

Il est donc tout à fait possible qu’aucun candidat n’ait de majorité. Le troisième tour lyonnais pourrait alors réserver de grandes surprises. Réponse en 2020.

Lire aussi : Municipales à Lyon : qui sont les candidats à la mairie de Lyon en 2020 ?

à lire également
1 commentaire
  1. JANUS - 1 janvier 2020

    Yann Cucherat, LaRem? aura fort à faire contre la fronde envers cette majorité parlementaire dont les lyonnais n'oublient pas l'origine et la participation éclair de Gégé au gouvernement Macron/Philippe.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut