Grégory Doucet, maire de Lyon et Laurent Wauquiez, à la tête de la Région,

Nouvelle passe d'armes entre Laurent Wauquiez et le maire de Lyon, les explications

Le maire de Lyon Grégory Doucet et le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez se sont une nouvelle fois écharpés sur Twitter ce vendredi 29 avril. En cause : les violences perpétrées par l'ultra gauche le soir du second tour de la présidentielle à Lyon.

Entre le maire Écologiste de Lyon, Grégory Doucet et le président des Républicains de la Région, Laurent Wauquiez, la "guéguerre" dont Lyon Capitale faisait déjà l'écho reprend de plus belle. En cause ce vendredi 29 avril : les violences perpétrées par un groupe de l'ultra gauche le soir du second tour de la présidentielle à Lyon. Pour rappel, la mairie du 4e arrondissement de Lyon avait été la cible de mortiers d'artifice lors de la mobilisation. S'en était alors suivi quelques scènes de tensions entre policiers et manifestants.

Lire aussi : Présidentielle : une manifestation de l'ultra gauche dégénère à Lyon

Sur Twitter, Laurent Wauquiez accuse le maire écologiste de se "défausser de ses responsabilités".

Par "responsabilités", Laurent Wauquiez évoque le dispositif de télésurveillance dont il fait mention ensuite. "[...] Et quand va-t-il enfin assumer d'installer des caméras, comme nous le proposons, pour protéger les habitants et la police ?". Pour rappel, en juillet dernier, la majorité portée par le président de la Région souhait expérimenter la reconnaissance faciale. Un dispositif pour "identifier les criminels et les interpeller". "J'assume de protéger les habitants", expliquait Laurent Wauquiez

Lire aussi : Auvergne-Rhône-Alpes : Laurent Wauquiez veut s'essayer à la reconnaissance faciale, non sans crispations

"Une réponse grave et indigne", déplore Grégory Doucet

Face à cette accusation, le maire de Lyon n'a pas tardé à réagir. "Une réponse grave et indigne de votre fonction", se scandalise Grégory Doucet sur Twitter. "La sécurité de nos concitoyens mérite mieux que vos propos démagogiques et faux", poursuit-il en s'adressant à Laurent Wauquiez. Pour rappel, dans un entretien donné à nos confrères d'Actu Lyon, le maire écologiste avait salué le dispositif de policiers municipaux mis en place. Cependant, le maire avait regretté le temps d’intervention de la police nationale un peu trop long, selon lui. "20 minutes se sont passées entre le moment où les forces municipales étaient présentes pour contenir les débordements et l’arrivée de la police nationale", détaillait-il à nos confrères.

Une pique sur la baisse d'aides de la région allouées à la culture

Dans un ultime tweet, Grégory Doucet fustige la région de baisser les subventions allouées à la culture à Lyon. "Soutenir les acteurs culturels est un levier essentiel pour favoriser la paix civile et le vivre ensemble. En coupant les budgets, votre action y porte préjudice", déplore-t-il. Pour rappel, le monde la culture est actuellement secoué par l’annonce soudaine et "sans concertation" de la décision de la région Auvergne-Rhône-Alpes de couper ou baisser ses subventions à la Villa Gillet, l’Opéra de Lyon et la Biennale d’art contemporain. Un "rééquilibrage solidaire et équitable", au profit du reste du territoire, vivement critiqué par les institutions concernées et l’adjointe à la culture de la Ville de Lyon dans Lyon Capitale. Un article à retrouver ICI.

Les caméras de surveillance à Lyon, sujet de crispation

Ça n'est pas la première fois que Grégory Doucet est critiqué pour son manque d'efficacité à l'égard des caméras de surveillance. En octobre 2021, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait appelé le maire de Lyon à "sortir de son idéologie" et déplorait "le manque de caméras", notamment dans le quartier de la Duchère. À l'heure actuelle, il existe 571 caméras fixes à Lyon. "Un chiffre plutôt élevé", analyse Grégory Doucet.

Lire aussi : Lyon : "il n'y pas d'idéologie", Doucet répond à Darmanin sur le manque de caméras à La Duchère

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut