Numéro 23 : la volte-face du Gouvernement

L’amendement déposé par la sénatrice UDI Catherine Morin-Desailly, qui proposait de faire passer de 5 à 20 % la taxe due à l’État en cas de revente d’un canal de la TNT, a été supprimé de la loi Macron. Cette disposition virtuelle, au demeurant assez décalée et inefficace, n’aura été pour Fleur Pellerin qu’un motif d’agitation, histoire de jouer l’indignation face à une spéculation annoncée, à partir d’une ressource publique gratuite. Difficile en effet de sanctionner son ami le lobbyiste Pascal Houzelot, qu’elle vient de faire chevalier des Arts et des Lettres et qui l’invite régulièrement dans ses dîners mondains.

On allait voir ce qu’on allait voir et enfin comprendre ce qu’on avait lu. Fleur Pellerin ne pouvait accepter la revente de Numéro 23, lanterne rouge de la TNT qui diffuse des émissions de tatouage et de maquillage façon mutants, pour la somme astronomique de 90 millions d’euros au groupe d’Alain Weill (RMC, BFM), alors même qu’il s’agissait d’une ressource publique gratuite, et se disait favorable à l’amendement sénatorial.

Las, “la commission spéciale chargée d’examiner le texte en nouvelle lecture à l’Assemblée nationale a décidé de supprimer cette disposition, ce qui revient dans les faits à avaliser les conditions de vente de Numéro 23”, a indiqué dans un communiqué Catherine Morin-Desailly. Pour la sénatrice, “il est encore temps pour la majorité de revenir sur ce choix d’ici le débat en séance publique à l’Assemblée nationale et de maintenir le quadruplement de la taxe adoptée par le Sénat”.

Comme le chantait Jacques Higelin, “c’est dur aujourd’hui peut-être, demain ce sera vachement mieux”. Ah, demain… Demain tout sera plus beau, tout sera plus facile, demain on rasera gratis, la diversité ne sera pas oubliée, les handicapés non plus, demain le soleil brillera et la culture sera florissante. Mais, en attendant demain, Matignon et Bercy déroulent implacablement leur plan, de la façon que nous avions expliquée depuis plusieurs mois : dans un projet de loi “à venir”, la disposition défendue par la sénatrice sera “ré-introduite” – c’est précisément ce qu’indique le cabinet du Premier ministre. Mais attention, le calendrier est si dense que ce projet de loi fumeux ne pourra pas être discuté… avant l’automne, ce qui, dans l’esprit de Matignon, laisserait au CSA le temps d’avaliser tranquillement la vente de Numéro 23 au groupe Next Radio d’Alain Weill, dans la torpeur de l’été.

L’exception “culturelle”

On a connu Nicolas Sarkozy, lequel faisait voter des lois en fonction des chiens écrasés du jour. On voit aujourd’hui à l’œuvre le trio Valls-Macron-Pellerin qui, feignant de s’indigner d’une situation devant les Français, choisit de l’entériner en catimini pour s’en indigner de nouveau… un jour. Un jour ou l’autre. Un beau jour. Ou sera-ce une nuit ? Quand ? Ça dépendra du calendrier. Mais, promis, l’ennemi c’est toujours “la finance” et l’exception est toujours “culturelle”. Bref, des styles différents mais des comportements identiques : “Je te tiens, tu me tiens par la barbichette, le premier qui rira…” Ou encore : “Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais.”

Cette opération de revente (aujourd’hui qualifiée de “fraude” par les patrons de TF1, M6 et Canal+) vient de très loin. En effet, dès le 25 janvier 2012, soit deux mois avant la compétition officielle, nous connaissions déjà les noms des futurs lauréats des six chaînes TNT et avions alerté sur le fait que Numéro 23 avait été conçue et attribuée dans le seul but d’être revendue. Appelons cela un débit d’initiés. Avec, au centre de l’affaire, un Russe qui entend bien en avoir pour son argent. Za zdorovie !

à lire également
Hotel de police 3e © tim Douet_0028
Ce mardi matin, des individus ont braqué un entrepôt de la société de transport TNT à Pierre-Bénite, près de Lyon. Les employés ont filmé la scène et l'ont postée sur les réseaux sociaux. 
Faire défiler vers le haut