Pas là

Il n'était pas à l'enterrement de Jacques Martin. Pourtant il était à son mariage. Celui de Jacques Martin. Le sien aussi, bien sûr. Avec la même femme. C'était il y a longtemps. Avant la « rupture ». Il n'est pas venu à Lyon, ce jeudi à la cathédrale Saint Jean. Il y avait déjà bien assez de politiques : Christine Albanel parce qu'elle représentait le gouvernement et Rachida Dati parce qu'elle passait dans le coin. Et bien assez d'hommes de télévision pour que Nicolas ne se sente pas obligé de venir représenter la profession. Justement, il avait son journal à préparer, comme tous les jours. Là, il devait se trouver face à Arlette Chabot et PPDA, comme du temps de Mitterrand, comme du temps de Chirac, comme avant la « rupture ». En direct sur TF1 et France 2, il a flingué Villepin à fleurets mouchetés, sanctifié Fillon et cramé Jean-Paul Trichet. On ne peut pas tout faire. Et puis, comme il est aussi son propre panégyricien, il s'est employé à se tresser des couronnes qu'il a posé avec délicatesse sur sa propre tête. Des couronnes de lauriers, pas de fleurs. Ni regrets, ni remords « A moi-même, le premier consul reconnaissant ».

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.
Faire défiler vers le haut