Soleil, canicule et pollution à Lyon (photo : Florent Deligia)

Pic de pollution à Lyon : pourquoi la qualité de l'air n'est pas prête de s'améliorer

En raison des conditions climatiques et de la production de particules fines par les systèmes de chauffages particuliers de l'agglomération, le pic de pollution pourrait durer encore pendant au moins 10 jours.

En cours depuis presque une semaine, l'épisode de pollution aux particules fines n'est pas prêt de s'arrêter à Lyon. En cause, des conditions atmosphériques particulièrement propices à l'accumulation de ces particules dans l'air. “Comme il fait froid, tout le monde a rallumé son chauffage. Et comme actuellement les masses d'air sont stables et qu’il n’y a ni pluie ni vent, les polluants émis restent dans l'air”, explique Mario Duval, ingénieur chez Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

En effet, même sans pluie et vent, l’air peut bouger de lui-même en fonction des changements de température. Au contact du sol, les masses d'air montent en général. Mais l'hiver, quand il fait froid, ces masses d'air restent au niveau du sol et se dispersent difficilement. C’est pour cette raison que le brouillard reste parfois bloqué au sol et d’autre fois non. C’est ce qui se passe actuellement et ce n’est pas près de changer. D'après l’ingénieur, si une légère amélioration a eu lieu mardi et mercredi, la situation va se dégrader dans les prochains jours “et il n'y aura pas d'amélioration avant 10 jours”.

Faute de changement de conditions climatiques, il existe peu de leviers à court terme pour infléchir cet épisode de pollution. L'hiver, 80 % des émissions de particules fines sont émises par les chauffages domestiques. Pourquoi alors mettre en place la circulation alternée, comme c’est le cas actuellement à Lyon, si les voitures ne représentent qu'une petite partie des sources polluantes ? “La seule solution serait de dire “on arrête de se chauffer”, mais ça ne ferait pas rire grand monde, ironise l'ingénieur. Donc à court terme on ne peut jouer que sur les leviers transport et industrie. À l’inverse, sur le plus long terme les collectivités et l’État travaillent sur l'amélioration de l’efficacité énergétique des logements en renouvelant les modes de chauffages.”

Les politiques publiques visent notamment les chauffages au bois, même si tous les modes de chauffage émettent des particules. “Les chauffages au bois anciens sont les plus pénalisants. Tout le monde pense que le bois, étant une matière brute, est très bon pour l’environnement. On se dit que ce n'est pas du pétrole. Mais à l'air libre, donc dans de mauvaises conditions de combustion, le bois émet beaucoup de polluants. C’est aussi le cas des vieilles chaudières ou des vieux inserts dont la performance est mauvaise”, conclut Mario Duval.

21 commentaires
  1. Ptit Louis - jeu 26 Nov 20 à 16 h 19

    Tiens Abolition De la Monnaie n'a pas encore mis son commentaire...
    Étonnant ???

    1. philippechaumont - jeu 26 Nov 20 à 17 h 35

      Oui :=) Abolition dort ? Sinon j'étais en train de me demander s'il y avait tellement de chauffages au bois dans Lyon que l'émission de particules fines puisse leurs être attribué...

      1. Erwan 69 - jeu 26 Nov 20 à 21 h 05

        c'est bien connu tous les appartements des immeubles ont une cheminée...et les rues sont polluées par les livreurs de bois de chauffage...les politiques (écologistes !?)nous prennent vraiment pour des imbéciles.

        1. Galapiat - sam 28 Nov 20 à 20 h 40

          @Erwan:-excellent, et c'est sans compter sur les chevaux d'attelage des tombereaux qui lâchent leur crottin et rendent les voies pavées glissantes !!

    2. Pierre - jeu 26 Nov 20 à 17 h 42

      Trottinette !!!

  2. Abolition_de_la_monnaie - jeu 26 Nov 20 à 17 h 49

    Une ville pollueuse continuera de polluer tant que les engins se déplaçant au pétrole ne seront pas interdits pour mise en danger de la vie d'autrui.
    Rassurez-vous ça n'arrivera jamais puisque l'argent et sa circulation sont plus importants que tout le reste.

    Le chauffage gaspillé est lié à la très mauvaise gestion de la construction de bâtiments depuis des décennies par l'équipe de Monsieur Collomb qui n'a pas imposé les normes passives lors des permis de construire.
    Idem pour la "logique" des loueurs d'appartements : qu'est-ce qu'ils y gagnent à isoler et à changer les fenêtres puisque de toutes manières ce sont les locataires qui vont payer les frais de chauffage ?
    Ils n'y gagnent rien, et pire, ils "perdent" de l'argent.

    C'est la logique de ce monde, il faut assumer 🙂

    1. Pije - jeu 26 Nov 20 à 18 h 59

      Le maire d'une commune n'est pas le responsable de l'isolation thermique des habitations individuelles et des autres bâtiments privés.
      Arrêtez de faire croire que les "normes passives" comme vous dites sont de sa responsabilité : adressez vous à tout un chacun qui est propriétaire.
      Ce ne sont pas ls normes qui sont passives mais l'habitat et le terme exact est plutôt habitat à énergie solaire passive : de manière synthétique cette conception est fondée sur le fait d'être correctement isolée et de laisser rentrer l'énergie solaire le jour et quand le soleil brille et de stocker cette énergie dans les matériaux pour la restituer la nuit. En absence de soleil il faut tôt au tard un chauffage d'appoint
      L'habitat passif est nécessairement couplé à l'apport de l'énergie solaire et donc peu adapté à des centres villes urbanisés quand les bâtiments se masquent mutuellement.

      1. Abolition_de_la_monnaie - jeu 26 Nov 20 à 19 h 04

        Totalement faux.

        1 - les maires sont les personnes qui accordent les permis (sur lyon, la métropole, mais avant c'était le même gars au pouvoir).

        2 - les normes passives n'ont pas besoin de soleil, on se chauffe avec l'énergie des corps humains présents et de l'activité présente.

        1. Pije - jeu 26 Nov 20 à 19 h 25

          Oui mais quand c'est de l'existant il y belle lurette que le permis de construire est passé donc pas le maire n'a pas le pouvoir d'obliger à des travaux
          Admettez que on ne pas raser toute la ville pour refaire du neuf pour qu'il y est obligation de permis de construire.

          Ce chauffer à la chaleur humaine !!!
          Heureusement qu'il y a dans toutes nos maisons ses appareils de toutes sortes qui consomment de l'électricité. Même si ce ne sont pas des chauffages en tant que tel il ne faut jamais oublier que toute forme d'énergie se dégrade en chaleur.
          Le meilleur exemple c'est le frigo ; un appareil qui passe son temps à transférer l'énergie thermique de l'intérieur de celui ci (et de de refroidir l'intérieur) vers l'extérieur c'est à dire dans la pièce ou est le frigo. Mais comme le frigo n'est pas isolé parfaitement et que l'on ouvre la porte pour entrer et sortir les aliments, de la chaleur rentre à nouveau dans le frigo. Et c'est sans fin.
          Pour ce transfert le compresseur qui participe à ce transfert de chaleur consomme de l'électricité pour comprimer le gaz frigorifique. Cette compression dégage de la chaleur.
          Donc au global un frigo produit de la chaleur.

        2. Pije - ven 27 Nov 20 à 8 h 44

          Désolé du repost puisque le précédent envoi est toujours en attente de modération

          Oui mais quand c'est de l'existant il y belle lurette que le permis de construire est passé donc pas le maire n'a pas le pouvoir d'obliger à des travaux
          Admettez que on ne pas raser toute la ville pour refaire du neuf pour qu'il y est obligation de permis de construire.
          Ce chauffer à la chaleur humaine !!!
          Heureusement qu'il y a dans toutes nos maisons ses appareils de toutes sortes qui consomment de l'électricité. Même si ce ne sont pas des chauffages en tant que tel il ne faut jamais oublier que toute forme d'énergie se dégrade en chaleur.
          Le meilleur exemple c'est le frigo ; un appareil qui passe son temps à transférer l'énergie thermique de l'intérieur de celui ci (et de de refroidir l'intérieur) vers l'extérieur c'est à dire dans la pièce ou est le frigo. Mais comme le frigo n'est pas isolé parfaitement et que l'on ouvre la porte pour entrer et sortir les aliments, de la chaleur rentre à nouveau dans le frigo. Et c'est sans fin.
          Pour ce transfert le compresseur qui participe à ce transfert de chaleur consomme de l'électricité pour comprimer le gaz frigorifique. Cette compression dégage de la chaleur.
          Donc au global un frigo produit de la chaleur.

          1. Abolition_de_la_monnaie - ven 27 Nov 20 à 20 h 30

            Votre commentaire ne remet pas en cause ce qui a été expliqué au dessus pour les logements neufs qui continuent de ne pas être aux normes passives, ni le fait que les normes passives ne reposent pas sur la lumière comme ce que vous avez dit précédemment.

            Mais bon, vous défendez le bilan de Gérard Collomb en la matière (et celui des maires LR qui agissent ainsi aussi ?) et perso je trouve ce bilan désastreux dans ce domaine.

          2. Pije - sam 28 Nov 20 à 8 h 13

            Je me répète ce ne sont pas les normes qui sont passives mais les bâtiments
            Pour le reste je vous laisse à vos croyances sur la chaleur humaine et la génération spontanée d'énergie thermique. Le PLU est de compétence métropolitaine et non communal donc vos affirmations une fois encore sur les "pouvoirs" des maires sont sans fondement.
            Vous avez le droit de trouver les bilans des uns et des autres désastreux et de considérer que je les défends pour autant que j'ai exprimé dans ce que j'ai écrit un quelconque soutien à leur politique.

            Bien à vous

          3. Abolition_de_la_monnaie - sam 28 Nov 20 à 10 h 40

            Ne vous inquiétez pas, on a bien compris qu'il vous était impossible d'admettre que les normes passives existent pour les bâtiments,
            et que les maires ont tous pouvoirs pour imposer ces paramètres pour l'avenir des villes et villages.

            Et maintenant parler du PLU n'est qu'un contre feu pour trouver un angle d'attaque, mais... plouf. 🙂

            Quant à la partie où vous vous moquez de l'apport de la chaleur humaine par un "la génération spontanée d'énergie thermique",
            non, il n'y a rien de "spontané", c'est juste que des corps de 37° chauffent les pièces hyper bien isolées. Dans le temps les animaux de la ferme étaient "des radiateurs" pour les maisons. Et ça, sans la qualité d'isolation de maintenant ! 😀

            Donc une fois de plus votre acharnement à me faire taire vous fait écrire n'importe quoi et répand des "fakenews". 🙂

  3. olivier-kuntzer - jeu 26 Nov 20 à 17 h 58

    on dit "n'est pas près de s'améliorer"... J'ai les yeux qui saignent

  4. Ptit Louis - jeu 26 Nov 20 à 18 h 11

    Comme à chaque fois qu' ADM se réveille: il s’étire, il s'étire, s'étire encore et pète...

  5. retouraumoyenage - jeu 26 Nov 20 à 22 h 51

    surprenant l'article sur la pollution ce n'est pas 80% dû au chauffage urbain mais 60%
    voici les chiffres:
    60% de la pollution est dû au chauffage urbain
    20% est du aux moteurs deux temps scooter etc...
    12% aux camions de livraison et engins de chantier
    8% au voitures
    C'est fou ce tabou des écolodébiles de refuser de parler des moteurs deux temps
    Chaque jour dans l’agglomération lyonnaise 200 000 moteurs deux temps circulent ( à PARIS c'est 500 000 )
    et toutes les études internationales démontrent qu'un scooter c'est l'équivalent de 120 voitures diesels en terme de pollution
    Mais l'écolodébile le les interdira jamais lors des pics de pollution parce que c'est le véhicule du prolo et ça c'est tabou pour l’extrême gauche qui c'est déguisé en écolo pour s'emparer du pouvoir à LYON.

    1. Galapiat - sam 28 Nov 20 à 20 h 43

      Abolition a donc un autre pseudo !!

  6. raslebol69 - ven 27 Nov 20 à 17 h 33

    "Les chauffages au bois anciens sont les plus pénalisants", mais ne sont-ils pas déjà interdits dans la métropole?

    1. Abolition_de_la_monnaie - ven 27 Nov 20 à 20 h 26

      Non.
      Mais il y a des conditions expliquées ici :
      www. cohesion-territoires.gouv. fr/ quelle-condition-peut-faire-un-feu-de-cheminee-chez-soi

    2. Daniel lacroix - sam 28 Nov 20 à 18 h 47

      @raslebol69
      Non ils ne sont pas interdit, et ce n'est pas surprenant.
      La municipalité préfère détourner le regard pour ne pas se fâcher avec ses électeurs et préfère pointer du doigts les "méchants" automobilistes, alors que 80% de la pollution est due au chauffage domestique:
      "L'hiver, 80 % des émissions de particules fines sont émises par les chauffages domestiques."

      Bref, on va chasser hors de Lyon des gens qui y vivent depuis des années tout ça parcequ'ils ont une voiture avec une vignette crit'air 2 et qu'ils n'ont pas les moyens financiers d'acheter une voiture flambant neuve, et alors que tout ça n'est que du pipeau, de la poudre aux yeux.

      1. Abolition_de_la_monnaie - sam 28 Nov 20 à 19 h 19

        Non, toujours pas 80% mais 60% et principalement avec le mazout.

        Et dire que la plupart des problèmes de pollution viennent des déplacements pendulaires, c'est à dire des gens qui habitent à la campagne parce que c'est mieux, mais viennent travailler sur Lyon...

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut