Pierre Coquan CGT
© Océane Fournier

Pierre Coquan : "C'est le coût du capital qui crève l'emploi"

En ce jour de 1er mai, fête du travail, Pierre Coquan, secrétaire départemental CGT dans le Rhône, était l’invité de l’Autre Direct. Il est revenu sur l’actualité sociale et économique locale et nationale, mais aussi sur l’avenir de l’entreprise SITL.

Le tribunal de commerce s'est prononcé hier sur l'avenir des 420 salariés de SITL. L'entreprise s'est vu octroyé un délai supplémentaire jusqu'au 20 mai, date butoir de remise des offres de reprise.

Pour Pierre Coquan, invité de l'Autre Direct, "le problème c’est le financement des offres, [même si] d’un point de vue technique, elles sont crédibles". Mais une offre de dernière minute émanant du constructeur automobile américain Centtro est tombée dans la nuit du mercredi 30 avril. Elle s'ajoute aux trois autres offres déjà existantes mais dont le financement reste hypothétique.

D’après Pierre Coquan, seule l’offre des salariés, l’une des trois offres proposées pour SITL reposerait sur "un véritable projet industriel". Or, le manque d’"engagement financier des banques" persiste.

Concernant l'avenir de l’industrie française, Pierre Coquan pense que "ce qui crève l’emploi, c’est le coût du capital."

La politique actuelle "amène à avoir aujourd’hui plus de trois millions de chômeurs en France et près de 150 000 dans le département du Rhône" (indemnisés seulement). Pour Pierre Coquan, "il faut en changer."

Selon lui, "la seule chose qui peut relancer l’économie serait une consommation en hausse, à savoir un pouvoir d’achat plus important."

3 commentaires
  1. zendo - jeu 1 Mai 14 à 15 h 49

    les offres des salariés pour reprendre leurs entreprises n ont jamais données grand chose. voir Lejaby. Les salariés ne comprennent pas que le carnet de clientèle est souvent maintenu pas les financements et les patrons. Et sans client, plus d entreprise. Laisser les salariés gérer leurs propres entreprises, c'est reculer pour mieux sauter. Sans compter que les medias s en foutent, au moment ou les entreprises gérées par les salariés s eteignent.

  2. FOurs - ven 2 Mai 14 à 13 h 35

    Si l'économie ne tient que par la hausse de la consommation, ce n'est pas une économie saine, c'est une société de consommation ! 'la seule chose qui peut relancer l’économie serait une consommation en hausse, à savoir un pouvoir d’achat plus important.' est un vieux refrain de ceux qui n'ont rien à dire sur l'économie… Pierre Coquan n'est donc pas crédible !

  3. Abolition_de_la_monnaie - sam 3 Mai 14 à 16 h 58

    Un jour, mais quand ? On s'apercevra que l'argent ne se mange pas et que son utilisation génère de la misère, que ce soient des 'gros patrons', 'des employés courageux' ou des extra-terrestres à la tête des sociétés. Dans ce système, il faudra toujours bouffer l'autre pour continuer à exister. C'est idiot.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut