Près de Lyon : 6300 arbres contre le changement climatique

Face aux épisodes de sécheresse que connaissent les forêts à cause du changement climatique, l'Office national des forêts annonce le projet de reboisement de l'une d'entre elles près de Lyon.

"Des forêts commencent à mourir." C'est le cri d'alerte de l'hydroclimatologue Florence Habets, directrice de recherche du CNRS et professeure à l'ENS, interrogée par Franceinfo samedi 5 septembre. "La situation est assez difficile dans les régions viticoles, développe la spécialiste. La sécheresse est très importante dans ces régions depuis plusieurs années, ce qui ne favorise pas une bonne alimentation des plantes en eau et donc une bonne poussée. Cette année, il y a également la vallée du Rhône qui est concernée."

Pour préserver les forêts locales du réchauffement climatique, la direction territoriale Auvergne-Rhône-Alpes de l'Office national des forêts (ONF) annonce ce mercredi 9 septembre un projet de reboisement de la forêt départementale de la Pyramide, dans le Beaujolais. Ce projet vient de l'entreprise WeNow, et sera mis en oeuvre avec l'ONF et le Conseil départemental du Rhône. L'objectif en est "la plantation de 6300 arbres sur une surface de 5,3 hectares" dans la forêt de la Pyramide, "afin de capter 808 tonnes de CO² sur trente ans", détaille le communiqué.

"Non seulement les forêts absorbent du CO2 pour le stocker dans le bois, mais elles protègent également la ressource en eau, la biodiversité et améliorent la qualité de l’air, explique l'entreprise WeNow. Un mètre cube de bois en forêt stocke environ une tonne de gaz carbonique. La forêt demeure ainsi le deuxième puits de carbone mondial après les océans. Un hectare de reboisement permet de séquestrer entre 100 et 200 tonnes de CO2 sur une période de 30 ans. A l’heure où l’urgence climatique se fait de plus en plus sentir, il est important de multiplier les solutions permettant d’enrayer le réchauffement climatique. La compensation carbone est un des outils à notre disposition qui permet d’agir de manière concrète." Le ministère de la Transition écologique a d'ailleurs octroyé le label "bas carbone" au projet. D'après le site du ministère, ce label lancé en 2019 a pour objectif de "récompenser les acteurs de la lutte contre le changement climatique" en garantissant à la fois "l'efficacité du financement" du projet ainsi que sa "qualité environnementale".

Lire aussi : Réchauffement climatique : 9 pistes pour rafraîchir Lyon

 

3 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - mer 9 Sep 20 à 11 h 53

    Pendant ce temps, les projets immobiliers qui vont transformer des jardins communaux en immeubles en bétons, continuent.

    On n'arrête pas la "machine à cash" ! 😀

  2. paul-chabert-dhieres - mer 9 Sep 20 à 13 h 09

    Cesser de planter les vignes dans le sens de la pente ce qui accroit le ruissellement des eaux de pluie et favoriser l'infiltration serait aussi une grande mesure pour préserver de la sécheresse.
    Les eaux de ruissellement font des inondations l'hiver et manquent l'été

  3. JANUS - jeu 10 Sep 20 à 8 h 12

    Pendant ce temps, nos amis allemands nous envoie la pollution de leurs centrales au charbon !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut
Pub Akcelo