prison de Montluc

Prison de Montluc à Lyon : une exposition hommage aux Poilus

A l’occasion du centenaire de la guerre 14-18, l’association des Rescapés de Montluc investit l’ancienne prison pour une exposition qui voyage entre les deux grandes guerres.

Depuis juin 2009, la prison de Montluc est inscrite comme monument historique. Il est désormais possible d’y visiter les couloirs et les cellules. L’ancienne prison militaire regorge d’Histoire et d’histoires que l’association des Rescapés de Montluc a souhaité transmettre à travers son exposition "Des Poilus à Montluc", à l’occasion du centenaire de la première guerre mondiale. Une exposition à visiter jusqu'à la fin de l'année.

L’austère bâtiment devient un musée dans lequel les visiteurs peuvent plonger à la découverte de 40 personnages, incarcérés pendant la Grande guerre, ou emprisonnés par la Gestapo quelques années plus tard. Figure emblématique de la résistance, Jean Moulin a été emprisonné dans les murs de Montluc, entourés d’autres prisonniers, à qui l’association des Rescapés de Montluc souhaite rendre hommage dans son exposition, qui navigue entre les deux guerres qui ont marqué la France. Entre les tranchés et les maquis, l'exposition met en lumière ceux qui ont marqué la prison de leur présence.

L’exposition est gratuite, ainsi que l’ensemble de l’accès au site de Montluc, et accessible du mardi au samedi de 14h à 17h30 jusqu’à la fin du mois d’août. Dès septembre et jusqu’à la fin de l’année, l’exposition sera ouverte du mercredi au samedi, toujours l’après-midi.

à lire également
Sacré baptême du feu pour ce jeune médecin lyonnais de 31 ans, qui exerce depuis seulement quatre ans. Sur le front, comme ses 35 000 collègues d’Auvergne-Rhône-Alpes, Christophe Delbecq raconte son quotidien contre un ennemi masqué, la pénurie de munitions – les indispensables masques filtrants FFP2. Malgré ses coups de gueule contre "l'amateurisme" du gouvernement et "les failles du système médical français" mises en lumière par ce coronavirus, Christophe Delbecq lutte chaque jour contre cette épidémie inédite qui confine la moitié de l’Humanité. Une drôle de guerre contre un ennemi invisible et terrifiant. Entretien.
Faire défiler vers le haut