bouchon-circulation-lyon_image-large200-75

Réforme des 80 km/h : Bernard Perrut prône "une adaptation au terrain"

Le député (LR) de la 9e circonscription du Rhône, demande que l'Etat décentralise la question de la réduction de la vitesse à 80 km/h en laissant aux acteurs locaux toute latitude pour décider si, et où, elle sera appliquée.

Laisser aux acteurs locaux le choix sur la réduction de la vitesse de 90 à 80 km/h. Député de la plutôt rurale 9e circonscription du Rhône, Bernard Perrut (LR) propose que "le gouvernement donne à ceux qui connaissent le mieux le réseau routier local, la capacité d'adapter de manière éclairée les vitesses maximales autorisées". S'il assure faire de la sécurité routière une priorité, l'élu dit regretter "la 'totale' détermination du gouvernement à ramener à 80 km/h la vitesse maximale sur toutes les routes sans séparateur central".

"Inquiet du manque de concertation, avec l’application d’une mesure uniforme, sans prendre en compte les réalités du terrain, et particulièrement les zones rurales", Bernard Perrut propose de confier aux préfets et aux présidents de conseils départementaux "la responsabilité de définir, sur les routes dont ils ont la charge, une vitesse maximale autorisée supérieure aux vitesses maximales définies par le code de la route, dans la limite de 10km/h supplémentaires". En clair, la vitesse serait abaissée à 80 km/h de manière générale mais avec la possibilité de dérogations à 90 km/h, soit la limitation actuelle.

"Ainsi, certains tronçons de route ne présentant pas de dangerosité particulière pourraient bénéficier, après décision motivée, d’une vitesse maximale autorisée à 90km/h, alors que la limitation à 80km/h s’appliquerait aux axes reconnus dangereux où des travaux de sécurisation seraient alors la priorité des pouvoirs publics", précise Beranrd Perrut. Du pragmatisme donc de la part de l'élu, alors que ce samedi sur sa circonscription une manifestation d'opposants à la réforme a été annulée, faute de participants. Pas sûr pourtant que les propositions de Bernard Perrut trouvent écho auprès d'un Edouard Philippe déterminé à conduire une réforme finalement plus impopulaire que celle du code du travail.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut