Rentres commune pour les étudiants séniors

Pour la première fois, les étudiants de l'Université de Tous les Ages (Lyon 2) et ceux de l'Université ouverte (Lyon 1) se sont rendus ensemble à la réunion de rentrée organisée dans un salon de l'hôtel de ville. Jacques Gaucher, directeur de l'UTA, rappelle que " bientôt, nous ne parlerons plus de Lyon 1, de Lyon 2 ou de Lyon 3, mais de l'Université de Lyon ". Il compte rapidement travailler main dans la main avec Bernard Jacquier, directeur de l'Université Ouverte. L'opération de fusion est déjà en route : " On est passé de 3 cycles communs l'année dernière à 15 cycles communs sur un total de 50 cycles cette année ". " Un portail numérique commun est prévu pour l'année prochaine " renchérie Annette Lukaszewicz, directrice déléguée de l'UTA.

" Sciences dures ", " sciences molles ", certaines thématiques peuvent être approchées à la croisée des deux. " La question du développement durable par exemple touche toutes les universités. On est tenté de regrouper nos approches pour proposer des éclairages complémentaires les uns des autres " affirme Jacques Gaucher. Bernard Jacquier propose déjà une nouvelle appellation : " l'Université du Partage du Savoir ", qui associerait totalement Lyon 1 et Lyon 2.

Mais où est passée Lyon 3 ? ! Pour l'instant " quelques professeurs participent aux conférences " d'après Jacques Gaucher. Les projets sont dans les tuyaux, mais depuis longtemps déjà. Lorsqu'on lui demande ce qu'il faut faire pour accélérer la fusion, Jacques Gaucher répond timidement : " On attend qu'ils nous aident un peu plus... " L'Etat ? La Mairie ? Les collectivités ? Peut être un peu des trois. La municipalité a conscience de l'importance d'un tel projet. Pour Pierre Laréal, adjoint aux universités, " Il y a un potentiel énorme à exploiter au sein du milieu universitaire lyonnais ".

Jacques Gaucher attribue une mission sociale à l'UTA : " Beaucoup de personnes âgées sont en situation de rupture. Venir à l'université pour acquérir des connaissances leur permet de raccrocher à la vie sociale."
Alexandre Moncayo

à lire également
Etudiants de l’IAE (Lyon 3) en décembre 2018 © Tim Douet / Aperçu du tableau paru dans Lyon Capitale n°795
En matière de formations post-bac, l’insertion professionnelle fait office de juge de paix. Encore faut-il s’y retrouver sous le déluge de classements et l’avalanche de salons au cœur de l’angoisse de la période de candidature sur ParcourSup. Lyon Capitale fait le point sur les formations d’avenir, celles qui recruteront dans les dix années qui viennent.
Faire défiler vers le haut