Scrogneugneu !

Mais non, ça ne sert à rien. Lui arrive avec les réponses, qu'est-ce qu'on veut de plus. Il le sait bien, lui, ce qui est bon pour la France, ce que les Français ont besoin de savoir. Pourquoi venir l'embêter avec des questions qui tombent complètement hors sujet, «  Vous ne croyez tout de même pas que je suis venu pour parler de ça ? ». Non mais. Avec les journalistes français, ça se passe mieux, voilà des gens bien élevés. Il faut dire qu'ils sont habitués depuis cinq ans qu'ils se font taper sur les doigts « C »et quand même un comble ! Alors comme ça je n'aurais pas le droit de penser... » Comme si la presse odieuse cherchait à l'opprimer, à l'empêcher de s'exprimer. Aussi, quand cette journaliste de CBS lui a demandé où il en était avec Cécilia, Nicolas a vu rouge, qu'est-ce que c'est que ces manières. Il a pété un plomb, poussé un coup de gueule et a raccompagné l'impudente jusqu'à la porte. Entretien terminé. Pourtant, ça c'était une question gentille. Quand les journalistes anglo-saxons sont agressifs, c'est autre chose. Demandez à Bill Clinton.

à lire également
Emmanuel Macron, à Lyon, en septembre 2017 © Tim Douet
Présentée comme la petite sœur de la loi sur le secret des affaires, celle sur les fake news est vécue par les médias comme une entrave supplémentaire à la liberté de la presse. La promesse du Gouvernement de les exclure du périmètre d’une loi focalisée sur les plateformes en ligne peine à convaincre.
Faire défiler vers le haut