Sécheresse : en raison du faible débit du Rhône, une centrale nucléaire de la région fonctionne au ralenti

L'un des réacteurs nucléaires de la centrale de Saint-Alban en Isère a dû fonctionner au ralenti ce week-end, sur certaines plages horaires, annonce EDF. En cause : le manque de débit dans le Rhône, lié à la sécheresse. Explications.

Les premières conséquences de la sécheresse commencent à se faire ressentir. Par voie de communiqué, EDF a annoncé avoir fait fonctionner le réacteur n°1 de la centrale de Saint-Alban en Isère au ralenti pendant quelques heures, notamment dimanche 5 et lundi 6 juin. L'objectif : "respecter la réglementation relative aux rejets thermiques en raison du débit du Rhône", souligne EDF.

Le réacteur 2 fonctionne normalement

Cette mesure, qui "n'a aucune conséquence sur la sûreté des installations", a été prise par le groupe EDF pour respecter la biodiversité. En effet, le rejet d'eau réchauffée étant strictement encadré, le faible débit du Rhône ne s'équilibre pas assez avec la proportion d'eau utilisée par la centrale pour refroidir son réacteur. Ainsi, ce dernier est passé de 1300 MW à 260 MW "pendant cinq heures".

Des mesures qui ont été prises en accord avec le gestionnaire du réseau national d'électricité sur le réacteur n°1. Quant au réacteur n°2 de la centrale, il continue de fonctionner à pleine puissance. EDF a l'habitude de réduire l'intensité de ses réacteurs, que ce soit Saint-Alban ou une autre centrale nucléaire, mais plutôt en période estivale.

Lire aussi : 

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut