Sécurité : les défaillances de la piscine du Rhône

L'établissement est resté fermé ce jeudi. Les maîtres-nageurs protestent contre le manque d'effectifs dédiés à la lutte contre les incivilités. Mais c'est aussi l'entreprise chargée de la sécurité qui semble en cause.

Vingt personnes manifestaient ce jeudi après-midi devant les grilles de la piscine du Rhône qui est restée fermée toute la journée. Le personnel était en grève pour protester contre le manque de sécurité du site. Si le mouvement a touché d'autres établissements, c'est sur les berges du Rhône que se concentrent les problèmes. La semaine dernière, quatre individus ont dû être évacués alors qu'ils ne voulaient pas partir. Des coups ont été donnés, deux agents sont repartis avec des arrêts de travail et la police est intervenue. "C'est le cas une fois par semaine", affirme Eric Faurie, maître-nageur. "Nous n'avons pas plus d'incidents dans les piscines lyonnaises que l'an dernier", nuance toutefois Thierry Braillard, adjoint au maire en charge des Sports.

Au coeur des revendications des fonctionnaires, le nombre insuffisant de personnes dédiées à la surveillance de l'établissement. Sept salariés d'une société privée SGPI remplissent cette mission pour un site qui a accueilli jusqu'à 2800 personnes en pleine canicule. "C'est le même nombre qu'à Gerland où ils reçoivent 800 personnes", peste Eric Faurie. Du coup, ce sont les maîtres-nageurs qui voient leurs missions polluées par la gestion des incivilités et des conflits du quotidien.

Le nombre de personnel n'est cependant pas la seule cause des problèmes. "Les agents n'ont pas les qualités requises. Ils encadrent généralement des concerts, des manifestations. Ils n'ont pas l'habitude de gérer un public urbain et n'ont pas les dispositions physiques pour leur faire face", estime Eric Faurie. Thierry Braillard a pris langue avec la direction de SGPI pour qu'elle prenne des mesures. "Il semblerait qu'il y ait des défaillances", reconnaît-il. La société a été retenue à la suite d'un appel d'offre où elle s'est distinguée en cassant les prix. "Ils y parviennent en payant mal leur personnel. D'où des difficultés à trouver des agents expérimentés", souffle-t-on à la mairie. Du coup, la Ville envisage très sérieusement de ne pas renouveler le marché conclu avec ce prestataire. Mais il faudra tout de même terminer la saison avec un dispositif équivalent.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut