Trafic de chats en Haute-Savoie ?

Trafic de peaux, expériences en laboratoires, transformation en nourriture, Patricia Dolciani, directice de la SPA de Thonon-les-Bains, n'écarte aucune hypothèse. La police est sur le coup.

' Peut-être que des labos pratiquent des expériences sur nos chats '

Lyon Capitale : A ce jour, combien de chats manquent à l'appel ?

Patricia Dolciani : D'après nos chiffrages, nous en sommes à un peu plus de 700. Mais ce ne sont pas les chiffres réels. Je pense que seulement 50 % des gens dont le chat a disparu nous ont appelé. Le reste n'ose pas. Mais maintenant que les médias s'intéressent à l'affaire, ça commence à bien bouger.

LC : Dans quel secteur se concentrent ces disparitions ?

PD : Cela concerne tout le Chablais, Evian, Morzine, Avoriaz, Mégève, Courchevel, Montarlier... plus les semaines passent, plus la zone s'agrandit.

LC : Selon vous, qui est derrière toutes ces disparitions ?

PD : Je n'en ai aucune idée. Ce qui est sûr est qu'il existe douze tanneries en Suisse, et que certaines d'entre elles vendent des fourrures de chats. L'une d'entre elles en écoulent même 10 000 par an. Certains abrutis, il faut appeler un chat un chat, sont persuadés que les peaux soignent les rhumatismes... c'est sidérant le nombre de cons sur Terre ! Il y a aussi les labos de Genève, au moins une centaine : peut-être que des scientifiques pratiquent des expériences sur nos chats. Ou alors finissent-ils en pâté pour animaux, voire même dans des sandwichs... qui sait ? On n'a aucune trace, pas de cadavre, aucune boule de poils...

LC : Pourtant, une femme a trouvé un collet près de son jardin...

PD : Madame Richard a effecivement retrouvé un collet près de sa maison, à Neuvecelle, près d'Evian. Elle a perdu 15 chats en huit mois. Il y a quelques jours, dans le Chablais, quelqu'un a vu un homme mettrre un chat vivant dans un sac poubelle. Heureusement, il l'a surpris, le chat s'est échappé. L'homme aussi.

LC : Il n'y a pas des moeurs bizarres dans le coin, avec des bouviers bernois ?

PD : Si, si... il y a encore certains paysans qui bouffent leurs chiens. Ils les engraissent, ça passe chez le boucher et c'est transformé en saucisson. La plupart du temps, ce sont des bouviers bernois, sinon des bergers allemands.

LC : Et que fait la police ?

PD : nous avons déposé une plainte pour vol à la gendarmerie mardi 13 novembre. Si, un jour, l'enquête aboutit, la plainte se transformera en cruauté et maltraitance. Pour l'heure, il faut dire aux gens de rester vigilants : si une voiture passe plusieurs fois au ralenti dans un quartier, il faut essayer de relever sa plaque. La mobilisation doit être générale.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut