Transmontagne démantelé

L'exploitation de 2500 appartements en stations de montagne a été confiée à Sofisol, un petit groupe hôtelier des Alpes-de-Haute Provence. Cette reprise permet aux propriétaires de ces appartements de conserver en partie les avantages fiscaux liés à leur statut de résidence de tourisme. Mais la probable renégociation à la baisse du bail risque fort de leur laisser un goût amer, d'autant plus qu'ils ont dû renoncer à près d'un an de loyers, non honorés par leur précédent gestionnaire Transmontagne. Leur confiance reste donc limitée et leurs inquiétudes loin d'être dissipées.

De leurs côtés, le groupe Maulin qui exploite actuellement le domaine des Sybelles (Savoie) assurera la gestion des stations de Dévoluy et de Pra-Loup dans les Hautes-Alpes et la société d'économie mixte de Lioran conservera la station auvergnate du même nom.

Les collectivités n'ont plus confiance

En ce qui concerne les infrastructures du domaine skiable de Chamrousse (Isère) et de Valfréjus (Savoie), le tribunal a pris en compte la volonté des maires de ces communes, échaudés par les difficultés de Transmontagne, de ne plus faire appel à des opérateurs privés via un service de Délégation Public (DSP). Les filiales ont donc été placées en liquidation judiciaire.

Ce choix de revenir à une régie municipale, qui avait également la faveur des salariés et des syndicats, a provoqué la colère de Maître Jean-Marie Chanon, ancien bâtonnier de Lyon et représentant du Groupe Transmontagne. Il a accusé certains élus, notamment le maire de Chamrousse, d'avoir fait " capoter " un projet de reprise global présenté par le Groupe financier Luxembourgeois Verdoso et brandissait la menace de sanctions financières liées à la rupture du contrat.

[Nous reviendrons sur ce dossier dans notre édition papier du 23 octobre 2007]

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut