Transmontagne : "Nous n'accepterons pas d'être à nouveau à la merci d'un gestionnaire"

Entretien avec Christian Delisle, président de l‘association des propriétaires du domaine de l'Arselle à Chamrousse.

Lyon Capitale : Le tribunal a confié à Sofisol la gestion des résidences de tourisme. C'est une bonne nouvelle ?
Christian Delisle : Oui et non. Le tribunal a pris une décision qui peut apparaître contradictoire : les copropriétaires voient leurs baux liquidés leur permettant ainsi de rénégocier avec le gestionnaire de leurs choix. Transmontagne Résidences de son côté fait l'objet d'une cession au profit du plan Sofisol.

Les loyers vont donc baisser ?
Sofisol le souhaite en effet. Mais il nous est encore possible juridiquement de choisir quelqu'un d'autre si 70 % des co-propriétaires le décident. Nous garderions le statut de résidence de tourisme, ce qui nous permettrait de ne pas à avoir à rembourser la TVA et perdre les avantages fiscaux. Bercy semble très attentif aux dossiers, afin de ne pas pénaliser les copropriétaires.
Ce choix n'est pas simple, mais nous n'accepterons d'être à la merci d'un gestionnaire qui nous imposerait ses conditions.

Quelles sont vos marges de manœuvre ?
Notre atout c'est que les propriétaires sont soudés au sein de l'association. Nous avons consulté d'autres gestionnaires qui seraient d'accord pour reprendre les résidences avec de bonnes conditions de loyer. Nous sommes prêts à aller au clash. Au point où on en est ! Nous avons déjà perdu près d'un an de loyer.

Quelles actions sont prévues ?
Dans un premier temps, faire changer la législation sur le statut des résidences de tourisme afin que ce ne soit plus un piège pour les investisseurs. Nous avons donc commencé à interpeller les élus locaux, les députés, le préfet et Bercy. C'est aussi à eux de nous aider à trouver une solution. Car nous ne pouvons imaginer que le piège se referme une nouvelle fois. Rappelons que notre objectif était de se constituer des compléments de retraite avec des placements de bon père de famille.

à lire également
Pascal Le Merrer, fondateur des Journées de l’économie de Lyon © Antoine Merlet
Entretien avec Pascal Le Merrer, professeur d’économie à l’ENS, qui a fondé, à Lyon, en 2008 les Journées de l’économie, dont la 12e édition s’ouvre le 5 novembre sur le thème “Environnement, numérique, société… la décennie de tous les dangers”. Dix ans durant lesquels les économistes vont devoir “trouver un consensus” pour éviter un retour des populismes.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut