UNE JOURNEE POUR LES "DYS"

C'est le cri d'alarme d'une mère auprès d'une association de soutien aux dys. Un parmi des milliers. A Lyon il existe un centre de référence dirigé par le docteur Olivier Revol. Mais il faut compter un an pour obtenir un rendez-vous. En un an, l'enfant a le temps de décrocher du système scolaire, de se trouver relégué dans un Institut Médico-Educatif avec des trisomiques et des schizophrènes. Voire de s'engager dans la voie de la dépression ou de la délinquance. Un chiffre énorme : 15 % des enfants d'une classe seraient touchés par des dys. Les enseignants n'y sont pas préparés. Si l'IUFM de Lyon propose un cycle de formation aux apprentis pédagogues, le module est facultatif. Les écoles n'acceptent pas facilement que des personnalités extérieures interviennent pour aider les profs. Pourtant, selon les associations, tout existe à Lyon, les professionnels libéraux compétents : psy, orthophonistes, pédopsychiatres. Mais les moyens manquent pour structurer les réseaux et faire fonctionner les lieux d'accueil. Le rapport Ringard de 2001 pointait la situation de la France comme scandaleusement en retard. Depuis les choses ne se sont pas améliorées. Pour alerter, informer, mobiliser, les associations organisent une journée nationale pour les dys. La date est bien choisie : le 10 octobre.

Nos "dys ont la parole"
Mercredi 10 octobre Espace Albert Camus Bron.
Avenir Dysphasie Rhône : http://aadr.free.fr
Apedys-Rhône : www.apedys.org

Les DYS, c'est quoi ?

- La dyslexie est un trouble du langage d'origine neurologique. Elle entraîne des difficultés pour lire et pour orthographier. Le dyslexique paraît lent, mais ce n'est pas une déficience de l'intelligence.

- La dysphasie ne concerne que le langage oral, avec des troubles de compréhension et de prononciation. Les difficultés d'apprentissage peuvent donc être compensées par l'écrit.

- La dysraxie est un trouble de l'organisation du geste. La coordination, la planification, l'aquisition d'automatismes est difficile. Ecrire représente donc physiquement un problème.

Certaines de ces dys sont le résultat d'un accident d'une intervention neurochirurgicale ou d'une lésion cérébrale. Dans tous les cas, une prise en charge pluridisciplinaire peut permettre une amélioration sensible.

Faire défiler vers le haut