Bach 14 Nouveaux Caractères
© Bertrand Pichène

Bach : l’Auditorium multiplie les options découverte

Magnificat, concerts pour les enfants, conférences, jazz… Piano, orgue, clavecin, flûte, violon et Caractères… Ce week-end, l’Auditorium de Lyon ouvre les voies d’accès à la musique de Jean-Sébastien Bach.

Bach=14 – Les Nouveaux Caractères © Bertrand Pichène

© Bertrand Pichène
Bach=14 – Les Nouveaux Caractères.

Bach par-ci, Bach par-là... on ne s’en lasse pas. Et quand on connaît déjà l’œuvre, on écoute les autres voix. De voix, la musique de Bach regorge et c’est peut-être là sa plus grande force : sa dimension contrapuntique ! Car, à l’heure d’accompagner une mélodie, quoi de mieux qu’une autre mélodie, une troisième, une quatrième... jusqu’à l’infini.

L’infini, chez Bach, c’est sans doute Dieu, pour qui le maître a tant écrit. Et/ou certainement une force abstraite qui pousse au dépassement de soi : superposer des voix, toutes plus belles les unes que les autres, sans redite dans des œuvres en relief, à plusieurs niveaux d’écoute et dont on n’a jamais fini d’explorer les contours.

Mara-Ton

Le chef d’orchestre Ton Koopman © DR

Ton Koopman.

Cette dentelle musicale, l’Auditorium nous propose de la redécouvrir sous toutes ses coutures. À ces “Happy Days” il fallait un parrain de taille, un grand “manitou” forçant le respect et la présence du public. Car on ne fait pas n’importe quoi avec autant de voix à souligner, à dorloter, à rendre audibles pour l’assemblée. Et l’on doit dire qu’en maître loyal de ces soirées le chef hollandais Ton Koopman ne manque pas de loyauté, lui qui connaît si bien Bach et l’a tant de fois sublimé.

On commence avec un Magnificat emmené par Koopman à la tête de l’ONL et du Chœur de chambre de Namur. Une des rares œuvres de Bach en latin, que le chef (embarquant avec lui quatre des solistes fidèles avec qui il a longtemps travaillé) connaît sur le bout des doigts.

On continue avec un marathon de 4 heures consacré à la musique pour orgue du Cantor de Leipzig, au cours duquel se succéderont à l’instrument Koopman, Laurent Jochum, Vincent Warnier mais aussi plusieurs élèves des différents conservatoires de la région.

Puis viendra le temps des cantates et Koopman sera encore de la partie, à la direction et au clavecin (en compagnie de sa femme, Tini Mathot, également claveciniste), avec notamment la merveilleuse cantate BWV 82 pour voix de basse et hautbois obligé.

Enfin, notre serviteur passera le témoin aux Nouveaux Caractères de Sébastien d’Hérin (également chef et claveciniste) pour un dernier concert consacré à la musique d’orchestre de Bach. Au programme, les 3e et 5e concertos brandebourgeois, le concerto pour deux violons en mineur et la suite pour orchestre n° 2 et son solo de flûte traversière. Le tout sur instruments d’époque et en complicité avec le festival d’Ambronay.

Magnificat – Jeudi 14 janvier à 20h et samedi 16 à 18h. Concert COMPLET.
Play Bach – Samedi 16 et dimanche 17 janvier, à l’Auditorium de Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut