Mode d'emploi 2015 ouverture montage
© Le Figaro / P. Martaguet / DR / P. Matsas (montage LC)

“Il est primordial de continuer de débattre” : Mode d’emploi maintenu

L’ouverture du festival “Mode d’emploi” ce lundi au théâtre des Célestins est maintenue, “en accord avec la Ville de Lyon”. Deux jours après les attentats de Paris, les organisateurs ont jugé primordial de “continuer de faire vivre les idées”. Le débat sur la solidarité et la tolérance aura donc bien lieu.

Ce lundi devait s’ouvrir à Lyon le festival “Mode d’emploi”, un festival qui creuse les questions qui traversent notre société avec des artistes, des politiques, des écrivains et des spécialistes en sciences sociales. Ce lundi 16 novembre, deux jours après les attentats de Paris, le festival s’ouvrira bien, ont confirmé les organisateurs ce matin à Lyon Capitale, car “il est primordial de continuer de débattre, de faire vivre les idées”, expliquaient-ils plus tôt sur le site de la Villa Gillet.

“Suis-je le gardien de mon frère ?”

Le débat de ce lundi au théâtre des Célestins s’intitule : “Suis-je le gardien de mon frère ?” Il a pour objet d’“interroger la solidarité et la responsabilité”. Les intervenants : le philosophe Souleymane Bachir Diagne, spécialiste de l’islam et du soufisme, le prêtre dominicain Jean-Marie Gueulette, le rabbin Delphine Horvilleur et le philosophe Frédéric Worms, membre du Comité consultatif national d’éthique.

“Ce n’est pas le doute qui rend fou, mais la certitude”

À l’image de celui qui ouvre le festival ce lundi soir, beaucoup de débats de “Mode d’emploi” ont pour point de départ une question : “Philosopher ou faire l’amour ?”, “L’alternative est-elle possible en démocratie ?”, “Pensée ou tactique : qu’en est-il de la politique ?”, “La ville de demain sera-t-elle verte ?”, “Voulons-nous vraiment l’égalité ?”... Manière de donner raison à Nietzsche, cité par Fleur Pellerin dans la plaquette de présentation : “Ce n’est pas le doute qui rend fou, mais la certitude.”

Toutes ces questions manifestent la volonté de réflexion qui anime ce festival, où sont convoqués des acteurs de la vie publique et des chercheurs venus de tous les horizons, représentant des disciplines aussi variées que la sociologie, l’architecture, la géographie, les sciences politiques, la psychanalyse, le journalisme, la théologie ou la philosophie.

Suis-je le gardien de mon frère ? – Lundi 16 novembre à 19h30 (les spectateurs sont invités à se présenter dès 18h30, avec une pièce d’identité) au théâtre des Célestins.
Mode d’emploi – Du 16 au 29 novembre, en Rhône-Alpes. Calendrier complet des débats sur le site Internet de la Villa Gillet.

Mise à jour à 13h55 :

Modifications pour les débats de mardi 17 novembre

“Soufisme : l’humanité à réaliser” avec le philosophe Souleymane Bachir Diagne : à 10h à la Villa Gillet (au lieu du musée des Confluences)
Rencontre avec le rabbin Delphine Horvilleur à Chambéry : reportée (pas de date pour l’instant)

Mise à jour mardi à 10h32 :

“Les lieux de la religion : tolérance religieuse et espace urbain” : changement de lieu (par rapport au programme papier) / le débat se tiendra à 19h30 à la Villa Gillet
à lire également
Cathy Bouvard, aux Subsistances, en octobre 2018 © Tim Douet
Depuis quinze ans à la tête des Subsistances, Cathy Bouvard s’est vu proposer un défi qui ne se refuse pas : les Ateliers Médicis, dont l’ambition est rien de moins que de transformer par la culture la ville de Clichy-sous-Bois et de faire émerger des artistes qui ne soient pas “du sérail”. Une des fondatrices de Lyon Capitale tire donc sa révérence et dresse à cette occasion le bilan d’une ville qui a muté. Avec la crainte qu’elle ne se re-quenellise…
Faire défiler vers le haut