Sans Elles

Elle s'appelle Estelle et elle n'est pas blanc-bleu non-plus. Elle hésite. Quand on voit la catastrophe qu'est ce mec on la comprend. Et il y a pire que lui, ses deux potes. Ace, un faux-gay hystérique amoureux de Mylène Farmer. Edouard, un play boy à la ramasse qui a mangé des pruneaux sans le savoir. Tout cela ne ressemble pas à une famille d'accueil, même pour des réfugiés bosniaques. Une comédie de moeurs efficace, par Matthieu Burnel, l'auteur de "Un gars, une fille". Créée au Boui-boui à Lyon en début de saison, cette pièce est déjà à l'affiche dans une grande salle.

Le 31 décembre 2007, 20h et 22h à l'Auditorium Pasteur (Palais des congrès), 50 quai Charles de Gaulle, Lyon 6. 04 78 37 40 30 ou www.lebouiboui.com

à lire également
Septième art, le cinéma reste un "petit jeune" lorsqu'on le compare à la peinture, le théâtre ou la sculpture. Le 13 février 1895, il y a 125 ans, les frères Lumière déposent le brevet du cinéma, mais l'ont-il inventé ? Remise à plat.

Sans Elles

Il cherche. Il trouve. Elle s'appelle Estelle et elle n'est pas blanc-bleu non-plus. Reste plus qu'à la convaincre. Elle minaude. Quand on voit la catastrophe qu'est ce mec on se range à son avis : il ne faut surtout pas faire ça. Et il y a pire que lui, ses deux potes. Ace, un faux-gay hystérique amoureux de Mylène Farmer. Edouard, un play boy à la ramasse qui a mangé des pruneaux sans le savoir. Tout cela ne ressemble pas à une famille d'accueil, même pour des réfugiés bosniaques. Mais bon, si ça se trouve, il va peut-être se faire quand même ce bébé. Heureusement, le public ne sera plus là pour voir ce désastre. Ca pourrait s'appeller : du boulot pour la DDASS. Une bonne petite comédie de moeurs efficace, par Matthieu Burnel, l'auteur de " Un gars, une fille ". Avec Pierre Fontes, Yann Guillarme, Charles Durot et Yasmine Ghazarian
Le Boui-Boui, 7 rue Mourguet, Lyon 5è, tel 04 78 37 40 30

http://www.bouiboui.com

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut