Carlo Brandt le furieux

Le metteur en scène Charlie Brozzoni, qui appréciait les romans de Laurent Gaudé (prix Goncourt 2004 pour Le Soleil des Scorta), a décidé de porter à la scène un de ses textes de théâtre, Onysos le furieux. Mi-homme, mi-Dieu, vieux et en guenilles, Onysos est assis sur le quai d'un métro à New-York et, le temps d'une nuit, fait le récit de sa vie, de sa naissance dans les Monts Zagros à la prise de Babylone, de sa fuite en Egypte à sa mort dans la cité d'Ilion. "Récit épique et initiatique, Onysos se déploie dans une langue enivrante qui s'élève comme un chant de douleur et de tragique solidarité chargé d'amour" estime le metteur en scène. Pour donner vie à ce texte, Charlie Brozzoni a souhaité "créer un espace sonore et visuel habité par une musique électro (de Claude Gomez), des chants ethniques (Abdel Sefsaf) et par un travail de plasticiens (Thierry Xavier et Renaud Jacquier Stajnowicz)" qui s'effectue en direct. Enfin, et surtout, le rôle-titre est confié à l'immense acteur Carlo Brandt, tellurique, puissant, frémissant...

Le 19 avril à 19h30 et le 20 à 20h30 au Centre Théo Argence de Saint-Priest. 04 78 20 79 37.

à lire également
Nine De Montal et Vincent Garanger dans “La Musica deuxième” de Marguerite Duras – Mise en scène Philippe Baronnet © Victor Tonelli
Deux jeunes metteurs en scène formés à l’Ensatt se confrontent cette saison à l’écriture théâtrale de Marguerite Duras. Louise Vignaud avec Agatha, présenté au TNP à partir du 4 février, et Philippe Baronnet avec La Musica deuxième programmé à la Renaissance fin mars.
Faire défiler vers le haut